jeudi 10 septembre 2009


A Arles, j'ai peu lu, mais je suis tombée sur ce texte que j'ai trouvé si vrai que pour m'en souvenir, je l'ai photographié pour vous le livrer.
Ca correspond bien à mon point de vue sur la photo, les émotions qui en ressortent, le ressenti des personne à qui l'on montre ces photos...
J'ai aimé....

Cliquez dessus pour l'agrandir et mieux lire.

6 commentaires:

Bluebird a dit…

C'est tout le talent des grands photographes que de savoir transmettre une émotion sans avoir à commenter sa photo. Et tu y parviens très bien, tu pourrais parfaitement te passer de commenter la plupart de tes photos.

L'oiseau

Anonyme a dit…

Ce texte correspond aussi à mon point de vue... à quelques exceptions près :-)

suzanne a dit…

Oups ! C'était moi :-)

Mlle ciguë a dit…

Très vrai, évidemment...

françoise a dit…

C'est vrai que c'est difficile , avec le temps on y arrivera peut être mais en attendant c'est aussi un plaisir de partager .

Sar@h a dit…

Je ne suis pas d'accord sur cette phrase : "Afin de partager une émotion, nous devons souvent expliquer l'image par des mots. […] que si la personne qui écoute a vécu quelque chose de semblable."

Je pense plutôt que ça dépend de l'éducation au regard que la personne s'est façonnée, de la sensibilité qu'elle a développé et d'une forme de culture picturale.

Heureusement que nous ne devons pas tout vécu pour apprécier une photo … Je pense au reportage de guerre … ou à la beauté d'une explosion atomique.

Qui plus est, face à une photo, le ressenti peut être distinct de ce que le photographe aura voulu montrer. Il en est de même pour l'explication, certains mots auront plus d'écho que d'autres.

Quand j'emmène des drôles au Musée, certains parents me disent ne rien connaître à la peinture. Je leur explique qu'il ne s'agit pas de connaître mais de ressentir.

C'est plus la composition, les couleurs, l'ambiance … voire le traitement d'ensemble d'une thématique qui me séduit dans une exposition photo que la connaissance propre des conditions.