vendredi 30 octobre 2009

AUTOPORTRAIT


Les vendredis pour moi sont des jours particuliers, pour tout un tas de raisons.
C'est pour ça que je recherche toujours des photos particulières pour le vendredi, d'abord, par ce que c'est la photo qui restera tout un week end, qui vous souhaitera bon-week end, et aussi par ce que c'est souvent la dernière chose que l'on voit qui laisse des impressions..... on ne sait jamais ce qui peut arriver sur un week end!
J'ai oublié mes CD de photos à la maison, mais par miracle, une clef traînait dans le bordel de mon sac à main...
Je suis tombée sur une série prise en mars dernier, celle ci, intitulée l'Ange. Il s'agit d'essais sur les lumières, les vitesse, les ouvertures...
J'ai trouvé cette photo assez douce pour un vendredi et me voir en ange m'amuse. Lorsque l'on me connaît.....
Mi ange, mi démon!

Autre chose : Hier soir, je suis passée dire bonjour à Ambroise. Ambroise est le monsieur au moineau, celui de mon "Partage". J'ai un peu parlé avec lui, je lui ai offert sa photo et il semblait réellement content.
Lui ai promis que la prochaine fois, je lui apporterai des habits chauds.
Pendant que nous parlions, sur le trottoir, un jeune homme jouait du piano, des morceaux assez allegro. Et chaque fois qu'il s'arrêtait, la foule l'applaudissait et Ambroise s'arrêtait de me parler pour applaudir.
Il aura 79 ans en Janvier. Ambroise est le prénom que lui a donné sa mère, mais les soeurs qui l'on recueilli lui ont donné le prénom Bernard, en référence à Bernadette Soubirou. Celle qui entendait des voix. D'après lui, c'était une fille un peu simple et c'est pour ça qu'elle entendait des voix... Il m'a tenu tout un discours là dessus.
Et lorsque je lui ai souhaité une bonne soirée et un a bientôt, il m'a remercié pour tout.
Merci Ambroise, merci à vous pour ce partage de tous les jeudis.

jeudi 29 octobre 2009

DANS MA RUE


En Clin d'oeil à LP...
La Rue

Louis-Paul



J'ai essayé de la passer en N&B mais ça n'apporte rien.
Voilà, c'était juste ma rue, celle des des écoles, celle de toute mon enfance, de mon adolescence et celle de maintenant car j'ai habité dans cette école dont vous voyez la grille verte. Et maintenant j'habite au bout de cette même rue... vous voyez, au final, je n'ai jamais vraiment bougé.

mercredi 28 octobre 2009

Rien à voir...

Qui a lu "L'homme qui voulait être heureux" ?
On dit que ça ressemblerait un peu dans l'esprit à l'Alchimiste de Coelho.
Demain, je vais me le prendre, mais j'aimerais vos avis.

Merci ;-)

GROSSE FATIGUE


Je fais un peu mes fonds de tiroir, passage à vide et je m'en excuse, d'autres préoccupations, rien d'inquiétant, bien au contraire, ne vous inquiétez pas.
Cette photo a été prise à Dubrovnik en Croatie cet été, sur les remparts.
Ils m'ont fait rire ces deux... Quand on en peut plus, on en peut plus!

mardi 27 octobre 2009

DEFIFOTO

On me le réclame ce récap des sujets déjà proposés.
Vous verrez que la difficulté a été fluctuante...
Nous avons eu des sujets simples, des difficiles, des beaux, des joyeux, des tristes, concrets, abstraits...

1. Réversibilité
2. Rire
3. Contraste
4. Portail
5. Désir
6. Association
7. Escaliers
8. Regard d'enfant
9. Absence
10. Contradiction
11. Ribambelle
12. Rébellion
13. Traces
14. Glaces
15. Ombre
16. Partage
17. Tricolore
18. Enfermement
19. Sérénité
20. Amour
21. Baignade
22. Courir
23. Personne
24. Excellence
25. Abnégation
26. Quotidien extraordinaire
27. Absurde
28. Ondulation
29. Concession
Ce qui veut dire que là, si je n'en n'ai pas oublié, on arrive au 30ème défi! C'est pas rien.
J'ai bien envie de vous proposer quelque chose, à vous qui avez participé à tous ou à l'un d'eux.
Par mail, envoyez moi le lien vers le défi que vous avez préféré illustrer, votre photo fétiche de tous les défis.
Dès que je peux, je rassemble tout ça et j'en fais une note spéciale.
J'espère avoir du varié et pas tous sur le même sujet, c'est le hasard qui décidera.

Alors, ça vous plaît cette idée ?

defifoto@yahoo.fr

Autre chose : mardi c'est moi qui annoncerai le sujet... Normal, je ne participerai pas!
D'ailleurs, je vous le dis maintenant, mais je vous en re-parlerai plus longuement la semaine prochaine, je serai absente 15 jours.

Bonne journée

Votre GO!

Quel sujet pour cette semaine?


Par pitié, un sujet facile!
Arrêtez de vous masturber les méninges pour nour coller!
Un petit sujet simple serait la bienvienue....
A bon entendeur.....





PS : La photo que je viens de mettre est pour illustrer mon commentaire (le monde à l'envers, la photo qui illustre le com')... j'adore ces matin d'automne, cette lumière, la mer est un lac et le soleil s'y reflète de toutes ses forces....
Un plaisir de se lever dans ses conditions, vous en conviendrez!
Prise ce matin

lundi 26 octobre 2009

CONCESSION


Pas facile comme sujet!
Après réflexions, c'est ce matin que j'ai "Shooté" sur la terrasse, de belles lumières d'un lever de jour, en heure décalée!
Des fois, il faut savoir faire des concessions. Pour rentrer dans son bikini fétiche de l'année précédente, il faut, à la sortie de l'hiver, savoir faire ce choix terrible du biscuits-chocolat ou de la pomme-carotte!
Que ferait-on pas......
Et puis, en deuxième plan, le Port de Beaulieu. Aussi une Concession de 50 ans qui s'arrêtera en 2019.
Je vous invite à aller voir les concessions des autres, liste dans la colonne de droite.
Vous verrez une petite nouvelle, c'est Sophie!
Réservez lui un bel accueil (c'est une copine ;-)), elle débute dans le monde du blog!

vendredi 23 octobre 2009

LES FOSSETTES


La fameuse fin de balade...
C'est ici aussi, dans cette baie que nous avons passé une nuit en bateau.
Souvenez vous, je vous avais posté une image, un levé de soleil.
En semaine, nous avions mangé le soir sur le bateau et celui d'un copain et puis, quelqu'un avait lancé "Et si on dormait là?".
Le matin, à 6h, nous étions dans l'eau... un bonheur pour retourner travailler à 8h30.

Je vous souhaite un bon week end et je ferai des concessions pour vous retrouver lundi!

Juste entre parentheses.....

Hier soir, comme tous les jeudis soirs, j'étais a Nice. Je passe place Massena et je le vois, lui, mon SDF, ce vieux Monsieur que j'ai pris en photos par deux fois cette année. De loin, je fouille mon porte monnaie. Rempli de mitraille, plein de petites pièces. De 1 a 50 Cts Je ne compte pas, j'enleve les deux petites piles plates qui y sont mêlées et lui dépose dans sa gamelle. Il lève son visage vers moi en retirant sa casquette "merci mademoiselle" (j'adore lorsque l'on m'appelle mademoiselle!).
Je me baisse à sa hauteur et lui dis "vous vous souvenez de moi? Vous m'avez autorisé à vous photographier cet été avec un petit oiseau" "ah oui, je m'en souviens, mais a présent il ne viennent plus, je ne sais pas pourquoi... Mais vous l'avez avec vous la photo?" je sors mon Itouch, trie ma phototeque et lui montre la photo "on ne le voit pas bien l'oiseau... Elle est belle, vous n'avez pas un double?" "elle vous plait? Je vais la sortir sur papier et je vous la dépose la prochaine fois que je viens". Il avait l'air heureux.
"Merci Mademoiselle", "merci Monsieur, bonne soirée, à bientôt".

jeudi 22 octobre 2009

SENTIER PÉDESTRE


Dimanche, il faisait beau, très beau.
Nosu sommes allés nous balader à Saint Jean Cap Ferrat.
Le classique sentier pédestre qui longe le cap.
J'aime le faire en courant, le samedi matin ou le dimanche matin, en hiver vers 10h-11h, lorsqu'il fat beau.
Un air marin, frais, une mer et un ciel bleu. Une merveille. On en prend plein les yeux et les poumons.
Mais là, c'est en marchant tranquillement qu'on l'a parcouru.
Quelques photos, comme celle-ci qui me rappelle un certain défi :
Escaliers
et celle que je programme pour demain. Quasiment la fin de notre promenade.
Mais je vous la laisse découvrir demain.

mercredi 21 octobre 2009

GRAND BAZAR





Ce matin, je vous emmène au Grand Bazar d'Istanbul...
Envie de couleurs, marre du gris?
Vous en prendrez plein les yeux....

lundi 19 octobre 2009

ONDULATION


Dès que le sujet est sorti cette photo m'es apparue comme une évidence.
Elle a été prise en croisière, cet été.
En fait, sur les conseils de Louis Paul, je m'étais acheté "Ce jour là" de Willy Ronis et dans le train qui me menait à Venise, j'ai eu tout le loisir de le lire. J'y ai découvert une photo ou un type fait danser deux femmes.
Et j'ai trouvé ça vraiment sympa comme photo.
Bon, évidement, ce n'est pas la même chose car de la couleur, le cadrage.. rien n'est pareil, juste l'idée de figer des danseurs en action.
Je suis contente d'avoir trouvé l'occasion de vous la présenter.

Je risque de ne pas avoir beaucoup de temps aujourd'hui pour vous visiter tous. Beaucoup de travail, contrôle URSSAF au bureau (soyons discret, donc) et malade en plus. Une bonne sinusite. Mais promis, je passerai dès que je peux.

vendredi 16 octobre 2009

ST TROPEZ


C'est tout ça.
C'était il y a 15 jours.

Bon week end à tous et lundi, n'oublions pas d'ONDULER

jeudi 15 octobre 2009

UNE LEçON DE VIE

Il est entré...
Bonjour ai-je entendu du fond du magasin.
J'arrive fut ma réponse mécanique.
A première vue, on aurait dit un chasseur. Un veste kaki, veste de treillis. Tout rond, le cheveux court, un peu grisonnant. Des lunettes noires sur le nez. Un pantalon très large, bleu comme un "Bleu de travail". Un chapeau sur la tête... un vrai chasseur. Il tenait en laisse un petit chien gris et blanc très sage, très fidèlement collé à ses pieds.
J'ai d'abord cru à un type de l'Est, comme nous en avons de temps en temps qui viennent quémander une pièce, vendre un journal.
Il s'exprimait mal, très mal et il a fallu que je me concentre sur ce qu'il me disait pour comprendre que sa langue n'était pas étrangère. Et dans une suite de mots et de sons embrouillé, j'ai soudain capté AVC. Et là, j'ai compris que j'avais tout faux. Une espèce de chaire de poule qui vous parcours l'échine.
J'ai compris qu'il pouvait entendre, qu'il pouvait voir mais qu'il avait du mal à parler. Sa main droite était le long de son corps comme un poids mort, sa main déformé par une posture à jamais figée.
De sa main valide, il a enlevé ses lunettes de soleil pour chausser une paire de lunettes de vue.
J'ai enfin vu son regard. Un regard triste, malheureux de ne pas arriver à se faire comprendre. Des bribes de mots, des bouts de phrases. Comme un puzzle mal foutu, des pièces mariées qui n'ont rien à faire ensemble.
Je le voyais faire de réels efforts, se désoler que je ne le comprenne pas mieux.
Il voulait faire des cartes de condoléances, il venait de perdre son père. "Mieux", il m'a dit. C'était mieux ainsi.
Même les nombres lui posaient des problèmes "Petit, heu...... 3-1". "Ah, dur.... " J'ai compris qu'il n'en voulait pas beaucoup, juste 31 et que c'était difficile pour lui de s'exprimer.
J'ai eu honte de lui donner le prix. Exorbitant! Désolée de ne pas pouvoir faire autrement. Je ne suis pas la patronne. Il a pris la carte de visite. M'a dit que sa femme m'appellerait, ce serait plus simple.
Il voulait voir des modèles. J'ai fais la révolution dans tout le magasin pour les trouver. Mais en vain! Je n'aime pas l'ordre... je sais pourquoi, on ne retrouve jamais rien!
Lui ai montré à l'écran.
un 30 pouces, avec en photo de fond, mon lever de soleil d'hier.
"Beau......" et son visage s'est éclairé.
Je lui ai présenté un modèle....
"messe......" m'a t-il demandé en faisant une croix sur son coeur. Et j'ai compris qu'il voulait la carte avec la croix.
"Mieux....".
je lui ai imprimé pour qu'il puisse l'emporter et se donner une idée de texte.
Il me regardait avec une infinie douceur et en moi je me disais "Tu n'es qu'une conne, de quoi tu te plaints, tu pleures ton boulot, ta situation mais ce type il n'a pas 45 ans et voilà!"
J'ai osé un "Depuis combien de temps".
Ca faisait 4 ans. Avant il était dans une chaise, mais maintenant il marchait, son chien était gentil, brave. Mais il avait du mal à parler. Il ré-apprenait à parler.
Je l'ai rassuré en lui disant qu'on le comprenait.
Il était ravi, sincèrement ravi que quelqu'un lui dise ça.
Il m'a remercié mille fois. A plié sa feuille d'une main, m'a salué et a quitté le magasin.
Je l'ai regardé s'éloigner, le coeur gros honteuse.
je sais pas si il reviendra, mais il m'a donné la leçon du jour... et je l'en remercie.

mercredi 14 octobre 2009

MON COUP DE GUEULE!

Le coup de grâce vient de m'être porté par le Pôle emploi
Imaginez.
Mon patron décide donc de me passer au 12 heures par semaines
Ok, j'accepte, 1/3 de mon salaire.
On va pas loin, mais bon....
Mais voilà ce que me dit le Pôle emploi quand je les appelle pour savoir à quelle sauce je vais être mangée, si après ça je me retrouve au chômage.
"Madame, vos indemnités seront calculées sur les 12 derniers mois, mais dans certains cas, peut être, les mois passés à 12 heures peuvent être mises de côté.. peut être"
Mais putain! Avec des peut être, où je vais, vous me le dites!
Elle est bien la France, on préfère voir s'allonger la liste des demandeurs d'emploi que de permettre à des personnes de rester dans le monde du travail, alléger les indemnisations par l'état....
La solution?
Me faire licencier et dans 2 ou 3 mois, mon boss, pour un regain d'activité, pourra me ré-embaucher et là, en plus, les ASSEDIC compléterons mon salaire des 12h/ semaine, à concurrence de mes indemnités..
je vous dis, je suis dégoûtée!

CADEAU DU MATIN



Voyez un peu, le cadeau du matin....
A mon tour, je vous l'offre.
Chez nous l'été indien se prolonge même si les matinées sont déjà un peu fraîches, mais avec cette fraîcheur, et le vent, déjà hier j'ai aperçu la Corse.
Ce matin, elle était encore au rendez-vous. Alors, je suis sortie sur la terrasse et voilà ce que j'ai vu....
Les matin d'hivers s'annoncent magnifiques....
Je n'ai pas su laquelle choisir tant je les trouve belles toutes les deux.

Allez, on dira que c'est pour me faire pardonner..... ceci est mon "QUOTIDIEN EXTRAORDINAIRE"

mardi 13 octobre 2009

SAINT TROPEZ


Les parties de boules à Saint Tropez, c'est à toute heure

QUEL SUJET CETTE SEMAINE?

Ayez pitié de nous.............
Attention, ce n'est qu'une requête, pas le sujet!

lundi 12 octobre 2009

ABSURDE


Voilà un sujet qui m'a posé pas mal de problème... Y'a pleins de trucs absurdes dans la vie, même dans un quotidien extraordinaire mais quoi photographier!
Un temps, j'ai confondu, ou plutôt mélangé ridicule et absurde.
J'ai croisé un chien ridicule, mais pas absurde
Des gens ridicules, mais pas absurdes
Le mieux était de proposer une situation ABSURDE
Merci à mon mannequin qui se prête toujours volontiers à mes petites mises en scènes de dernière minute.

Je suis certaine qu'avec un tel sujet on va bien se marrer!

L'absurdité en toutes circonstances : allez faire un tour chez les autres participants, la liste dans la colonne de droite!

vendredi 9 octobre 2009

SAINT TROPEZ


J'ai osé cette photo, m'approcher assez de lui.
Plusieurs prises, mais ce matin, c'est vers elle que va mon choix.
Elle est pour vous.
Vous qui passez tous les jours, qui me laissez vos messages si sympathiques, humoristiques et tendres.
Excusez ma niaiserie du moment, mais hyper sensible, ces jours ci n'ont rien arrangé.
En contre partie, j'ai mon coeur qui déborde, et vous en recueillez tout ce qui est en excès.
Nos échanges de billets, de couriels sont une preuve que l'on a un coeur, une sensibilité, des besoins et que l'amitié n'a pas de barrière.
Ce matin mes pensées vont vers ceux qui souffrent, vraiment, pas vers des comme moi qui se lamentent finalement pour une liberté retrouvée, non, ceux qui souffrent physiquement, moralement et je sais qu'il y en a sur cette grande toile, où malheureusement la détresse et les maux ne sont pas virtuels.

Pensées amicale et bon week end

jeudi 8 octobre 2009

RE-LA-TI-VI-SER

Vous vous attendez ce matin à voir une photo. Vous la verrez peut être plus tard, peut être....
Aujourd'hui, c'est de parler que j'ai besoin, parce que chez moi, parler c'est exorciser.
Hier journée de m.....
Pourtant tout avait bien commencé, il faisait beau, bon. Arrivée au boulot comme d'hab à 8h30. Mon petit tour des blogs. J'ai attaqué mon travail. Oh, pas grand chose, mais de quoi alimenter une partie de ma matinée.
Oui, depuis quelques temps, pour être précis, depuis le retour des vacances, la charge de travail a été divisié par.... beaucoup.
Nous sommes deux infographiste dans cette petite imprimerie familiale. 4 en tout si on compte le bos et sa femme.
Ma collègue absente pour 10 jours m'a laissé du travail, mais il ne suffit pas à alimenter mes longues journées.
Je passe des heures à regarder mon écran, dans le vide.
Ma boss, elle, une femme adorable, une seconde mère pour nous, arrive vers 9h30. Nous parlons comme avec une amie. Se racontant nos petits tracas, rires et autres quotidienneries.
Ca faisait 2 jours que je la trouvais .... morne, un peu distante. Une sonnette d'alarme a pourtant sonné dans le lointain, un bruit que je connaissais trop bien, mais je ne l'ai pas entendu.... pas pris au serieux.
Hier plus encore, elle avait son visage triste. "Ca fait 42 ans que mes parents sont morts aujourd'hui".... C'était donc ça.
Le boss a téléphoné vers 11h. Elle avait l'air inquiete "Bon, tu arrives maintenant, après ce sera tard, et puis je dois aller à la banque".
Elle est partie, 10 mn plus tard, il franchissait le seuil de l'imprimerie. Le visage fermé. Je lui ai lancé un bonjour, "J'arrive m'a t'il répondu" en allant poser ses affaires à son bureau. Venu me saluer, me serrer la main, et est reparti à son bureau, ouvrir son journal.
"Barbara, tu peux venir" a raisonné dans ce local, une drôle d'impression, la sonnette d'alarme qui sonne et cette fois, je l'attends, et là, j'attends devant son bureau et je sais. Sa gueule renfrognée, et sa feuille à l'entête de la société à la main "Voilà, alors, je suis désolé, je ne peux vraiment pas faire autrement, tu vas recevoir ce recommandé".
Il me tend le bout de papier et j'ai la gorge qui se serre. "Suite à la baisse de la charge de travail, mes horraires vont être largement diminués, 12h par semaines, 52h par mois".
Une douche froide. Je sens les larmes qui me montent... En guise de réponse, je lui balance froidement "Ca me rappelle quelques 6 ans en arrière".
Il y a 6 ans, j'ai travaillé 1 an avec eux et puis un jour, il m'a convoqué pour me faire part de sa décision de se séparer de moi. A l'époque, c'était un licenciement complet. Nous étions 2 de plus. A ma suite les deux ont suivis. Mais il m'avait promis que si la structure remontait, il me rappellerait... et c'est bien ce qu'il a fait. M'a débauché en 2007 pour que je revienne travailler avec eux.
J'étais heureuse dans cette petite boite. Un côté pratique incroyable, pas de transport, 10 mn à pieds de chez moi, je rentre manger tous les midis et à 5h, j'ai fini. Le paradis pour moi.
"Je ne peux pas faire autrement" m'a t'il répondu en baissant la tête.
Mais j'avais la colère et envie d'exploser et de lui balancer ses 4 vérités. Elles se sont bousculées à mes lèvres "Au lieu de passer ta nuit sur le net à jouer au poker, à arriver à 12h voir 14h, à regarder ton journal pendant 1h en arrivant, tu ferais mieux de bouger ton cul pour démarcher de nouveaux clients, faire les devis en temps voulu. Mais tu préfères regarder couler ta boite et te dire, je n'y peux rien".
J'aurais tout cassé.
Ravalé mes larmes.. pas pour longtemps.
A 12h30, j'ai quitté le bureau, sans un mot.
Je me susi sentie anéantie, abandonnée, trahie, vide.....
"Mais tu sais, il va faloir que tu te diriges vers le Pole emploi.. ils vont compléter ton salaire"
Mais qu'est ce que tu connais toi, du pôle emploie, tu n'as jamais pointé, tu ne sais même pas où c'est!
Je n'avais pas mon téléphone et en partant, je susi passé chez mes parents. Mon père m'a ouvert la porte. Il a vu ce papier dans mes mains et l'espace d'un moment, il a pensé ç des analyses médicales, un soucis.... je suis tombée dans ses bras, en larmes et j'ai tendu la lettre à ma mère.
"C'est pas grave, m'a t-elle dit, c'est pas mortel, il te reste 12h, et puis vous n'êtes pas à la rue du tout, vus avez de quoi voir venir.... Allez arrête de pleurer".
Je les ai senti malheureux, mais quelque part, rassurés. Et moi, une toute petite fille venue chercher le réconfort dans les bras de ses parents.
Je suis rentrée à la maison, mon mari m'a ouvert la porte. Il avait une drôle d'expression et moi aussi. Il a tenté un "Ca va?". Au timbre de sa voix, j'ai su qu'il savait.
"Tu es au courant?" lui ai-je demandé avec des sanglots dans la voix.
"Ben je me doute" m'a-t-il répondu en me montrant le recommandé posé sur le bar. "Toute la matinée j'ai eu les boules pour toi. Le recommandé est arrivé juste avant que je parte. J'ai vu l'entête et je m'en suis douté. Et tu avais laissé ton téléphone ici...."
J'ai fondu en larme une fois de plus. A ce stade, je ressemblais à un Gobi! Les yeux et la bouche gonflés. Le nez rouge.
Il m'a pris contre lui en me berçant doucement. "C'est pas grave, pas grave du tout, tu as l'habitude"...
Oui, j'ai l'habitude et c'est bien ça le problème. J'ai enchaîné licenciement éco sur licenciement éco, liquidation judiciaire......
Marre de ne pas me stabiliser professionnellement!

Maintenant il me reste 12h me direz vous, et puis mon salaire va être complété. Mais je ne sais pas encore de quelle façon, à quelle condition, combien de temps. J'ai 1 mois pour accepter cette proposition ou si je la refuse, je serai licenciée.
Il ne me reste plus qu'à m'intéresser à tout ça pour voir quels sont mes intérêts là dedans.

J'ai pleuré toute la soirée : que vais-je faire de mes journées. Travailler, pour moi, c'est me sentir utile avant tout, être reconnue pour quelque chose, sans travail, j'ai peur de sombrer.
Je sais ce que c'est, trop souvent connu.
Je suis comme ça, besoin de mouvement, toujours, j'arrête de bouger, je tombe.
J'ai fini par sombrer dans le sommeil, épuisée.

Ce matin, au réveil mes pensées sont allées vers Gazelle.
Et j'ai eu honte, honte de me mettre dans un tel état. Je vais bien, j'ai la santé. Les gens que j'aime et qui me sont chers aussi.

Peut être un nouveau tournant, trouver une autre orientation. Je suis vieille pour ce métier. Je sais, c'est con à dire, mais les petits jeunots qui arrivent sur le marché du travail sont bien meilleurs que moi, connaissent mieux les logiciels, plus d'imagination

Que vais-je bien pouvoir faire?

mercredi 7 octobre 2009

ST TROP'


Ce week end nous étions à Saint Topez. De chez nous, 1h30 de voiture et nous voilà propulsés dans un monde particulier. En réalité, ce monde m'indiffère totalement, ce monde des apparences, où toutes les pépettes (aussi belles soient elles, et dieu sait qu'elles le sont) se ressemblent sans parler de ces fashion victime masculins...Ce n'est pas pour ça que je vais à St Trop'
Non, lorsque nous allons à Saint Tropez, nous y allons pour voir de la famille qui vit à Cogolin et le soir nous faisons toujours une petite virée là bas, histoire de prendre un verre sur le port.
Nous aimons aussi y aller hors saison. La Place des Lices sous la pluie, de nuit a une atmosphère si particulière.
Ce week end donc, c'était "Les Voiles de Saint Tropez". Ce sont des voiliers de tous styles qui sont partis 15 jours avant de Monaco, puis passés à Cannes histoire de parader un peu.
Ce qui est beau, c'est de l'Esterel (la Corniche qui relie les Alpes Maritimes au Var) de voir tous ces bateaux, toutes voiles dehors se diriger vers Saint Tropez. Une année, nous l'avons vu par hasard. Quel beau hasard !
Ce week end, ils avaient déjà tous régaté, ils étaient bien sagement alignés sur le port, les anciens mélangés au ultras moderne. C'était franchement beau. Les cuivres et les chromes lustrés, les baouts lovés sur les pont de teck .. un régal pour les yeux.
Nous sommes arrivés le soir à l'heure de l'apéro. Direction un pub sur le quai où le cousin a ses connaissances. Tout le monde dehors, la bière sans modération, ambiance assez cosmopolite de marins de tous âges, des Dames et des Messieurs, des babas, des cool. J'y ai retrouvé l'ambiance que j'ai si bien connu il y a presque 20 ans en plein coeur du vieux Nice. Cette insouciance, ces regards qui se frôlent, des sourires qui s'esquissent, oeillades à la dérobade... J'ai passé cette soirée, comme si j'avais 20 ans, me suis laissée enivrer par cette douceur d'automne au rythme d'un groupe de musique très chouette. Un répertoire qui me plaisait. Couchée à 3h, comme une étudiante... Ca fait du bien des fois d'oublier que l'on a presque 40 piges!

mardi 6 octobre 2009

LE SUJET EST DONC

ABSURDE

Merci Noelle!

Elle ne sera pas là la semaine prochaine, donc, elle a le droit!
A mon avis, on va mien se marrer!

Belle journée à tous!

Quel sujet cette semaine?

Vers quel horizon va nous mener le sujet de la semaine? Qui va nous le donner et quelle va être notre interprétation? Cette semaine passée fut riche... Vous êtes de plus en plus fort....merci d'ailleur au passage à Peneloop pour ce sujet .... Mais là, qui va nous le donner?

lundi 5 octobre 2009

QUOTIDIEN EXTRAORDINAIRE


Ce week end, nous étions dans le Var, petit tour à Saint Tropez samedi soir et dimanche. Il y avait les Voiles de Saint Tropez, l'ex Nioulargues.
Rassemblement de voiliers, extra modernes commes vieux gréements . Un plaisir pour les yeux.
Sûrement des photos cette semaine.
Nous avons de la famille à Cogolin, petite ville juste à côté.
Et connaissez-vous la grande spécialité de Cogolin?
La Pipe...

Oui, la pipe!

Alors, j'ai décidé d'être un peu... grivoise pour ce défi, de prendre les choses au 25ème degrés et tant pis si je choque. Ce ne sera pas la première fois!
j'ai imaginé le quotidien extraordinaire des hommes de cette petite ville!

Allez, souriez! Je n'allais pas vous mettre pour la mille et unième fois la vue magique que j'ai de ma terrasse au lever du soleil, ou lorsque la lune toute ronde se mire au large. Ma chère rade de Villefranche qui fait partie de mon environnement quotidien. Vraiment extraordinaire. Je ne peux pas rêver mieux...
Non, en ce lundi d'octobre, sourions un peu. Surtout messieurs!

;-)


J'ai déjà fait qu'un petit tour, commenté chez Sarah et c'est tout, le reste va venir dans la journée, mais ce que j'ai vu est beau.... finalement, de quoi nous plaignons nous, notre quotidien est vraiment..... photogénique!
Allez donc voir les participants, la liste dans la colonne de droite!



PS : la photo ne vaut rien, on est bien d'accord! C'était juste l'idée!

PS' : ne vous sentez pas l'obligation de commenter, je ne vous en voudrais ABSOLUMENT PAS! Parfois y'a rien à dire! Comme là!

vendredi 2 octobre 2009

LE SANCTUAIRE DE L'AGHET


Ne me dites pas qu'elle est sombre, c'est comme ça que je l'aime.
C'est comme ça qu'elle donne tout ce qu'elle a à donner, le silence, la retraite, l'humilité, le vide, la solitude, le mysticisme.... tout ce que l'on veut bien y voir.
En tous les cas elle est ma préférée de cette petite série.

Je vous souhaite un très bon WE, un week end Extraordinaire pour des personnes Extraordinaires comme vous...
et bien sûre, on se retrouve lundi pour un QUOTIDIEN EXTRAORDINAIRE!

jeudi 1 octobre 2009

SANCTUAIRE DE L'AGHET



Je vous propose ces deux qu'il me semble, peuvent très bien être présentées ensembles.
Chronologiquement elles se suivent.
J'étais déscendu dans cette espèce de crypte où au fond un autel est dressé, des cierges, encore des ex-votos, des béquilles de bois, des photos... cet endroit est réellement particulier (message à LP : il faut y aller!, se déplacer vers l'Est du département!)
J'ai hésité avec celle ci pour le défi et c'est finalement ma none et son porte-partition qui l'a emporté.