vendredi 24 septembre 2010

TOZEUR AU PETIT MATIN




















Il est 5h45, je suis déjà réveillée. je tire le rideau pour voir la lumière dehors.
Evidement, ça me démange de sortir. La lumière va être magique d'ici peu et puis la température doit être encore à peu près correcte (une bonne trentaine bien sonnée quand même!).
Je tourne dans mon lit. Dormir un peu, aurait été sympa étant donné que le départ n'est qu'à 9h.
Mais l'appel de mon appareil est plus fort que le sommeil.
J'enfile un short, mes baskets et quitte la chambre sans bruit. Il est 6h.
Je me félicité de cette belle initiative quand je constate qu'effectivement la lumière est douce et propice à la photo.
Je ne veux pas trop m'éloigner car le sens de l'orientation et moi, faisons deux!
Je tente vers le soleil.
Les ombres s'allongent, les couleurs sont flattées, le silence dans ces rues fantômes où je ne vais pas croiser grand monde.
Il n'y a pas grand chose à voir, si ce n'est cette lumière qui magnifie toute cette architecture, ni faite ni à faire.
Une carriole s'arrête et me propose de m'emmener dans le centre. je refuse poliment. Je préfère découvrir à pieds.
Je passe devant un espèce de terrain vague. Un cheval est dans un enclos et un homme dort juste à côté, sur un matelas, posé sur des palettes. Il me voit, me fait signe de m'approcher.
J'y vais, confiante. Il me demande mon prénom, d'où je viens. Son français est aproximatif et je parle lentement. Me demande si j'ai des enfants, l'age, le sexe.. en fait il est très curieux. Ca me rappelle l'Inde!
Il fini par me souhaiter une bonne journée, et je ne sais plus qu'elle expression il employa mais qui dit en substance "Que Dieu te garde, prends soin de toi".
J'ai aimé cette rencontre incongrue dans cette ville encore toute sommeillante.
Presque 7h30, et quelques photos à mon actif. Il était temps de retourner vers l'hôtel pour le petit déjeuner.

5 commentaires:

mcb a dit…

Il y a autant d'amour dans vos photos que j'en ai dans mon coeur pour ce pays qui m'a adoptée. Merci

barbara a dit…

MCB, ton commentaire me touche et tu ne peux me faire plus plaisir.
Si tu ressens cette émotion, c'est que mon but est atteint...
Merci

Lucie a dit…

merci de partager cette super ballade en dehors des sentiers battus que nous avons parcourus ensemble! bises de La Baule!

Larkéo a dit…

j'aime bien tes photos, Barbara, car on y respire, il y a de l'horizon, même dans les gros plans, et toujours elles me racontent une histoire. Tes portraits témoignent d'un grand respect pour les personnes que tu photographies et on se prend alors d'affection pour ces inconnus. J'adore le monsieur qui tient son chapeau dans le vent, c'est vivant et humain. Bravo encore une fois

Larkéo a dit…

Ah, j'oubliais ! La mobylette qui passe! je l'entends d'ici dans le silence de la ville encore endormie : une petite merveille. Les autres aussi bien sûr !