samedi 30 octobre 2010

PAUSE


Je m'absente pour quelques jours...
Je vais prendre le grand air.... pour le bien de chacun! Je crois que j'en ai vraiment besoin!
Je serai de retour le 4.......................

vendredi 29 octobre 2010

HEIDELBERG


Une certaine tendresse pour les objets industriels un peu vieux comme cette machine d'imprimerie mais qui, dans ma société, nous sert encore pour tout ce qui est gaufrage et découpe.
Je lui ai tourné autour et apprécié cet angle et cette proximité.
Ca fait aussi partie de mes essais, évidement!

jeudi 28 octobre 2010

FILENT LES NUAGES



Pourquoi lorsque je vois des nuages, je pense à Magritte?
Prise hier soir de la terrasse.

mercredi 27 octobre 2010

PORTRAITS EN TOUS GENRES

J'avais envie de vous signaler que sur le Bog de Libé, blog ou je vais tous les jours pour m'en mettre plein les mirettes, critiquer aussi, a été décidé "Mercredi, journée du portrait"
Je vous engage à y aller régulièrement.
Du coup ça m'a donné l'envie de regrouper tous mes portraits et photos s'y rapprochant. Liste non exhaustive....
Parfois c'est mélange de scènes de rue et parfois, bien portrait.

Je vous laisse voir.

En cherchant bien, vous devriez même m'y voir!

ESSAIS AUTOUR DU PORT DE NICE



Allez, je vous sers de nouveau le plongeoir, mais différemment.
Et puis le port de Nice. Après la pluie.

mardi 26 octobre 2010

ESSAI DE NUIT : RENDU ÉTONNANT


Je ne pensais pas avoir autant de nuances alors que nous étions entre chien et loup, mais bien plus près du loup.
Le D700 tient ses promesses en basses lumières.
J'aime cette photo. Et vous?

lundi 25 octobre 2010

ESSAI DE NUIT SOUS LA PLEINE LUNE


La lune italienne en ce samedi soir, sur les hauts de Bordighera, au loin, San Remo.
C'était beau.. Mon appareil n'a pas su retranscrire cette beauté.. attendez.... oui? Non?!
Pardon, on me dit que c'est pas mon appareil, que c'est moi... J'ai foiré mes réglages.... Bon.. Je partage quand même.

vendredi 22 octobre 2010

ESSAIS : LES LIMITES DES OBJECTIFS




Toutes fraîches de ce matin....
Une prise avec le 24/70 et les deux autres avec le 55/200.
On comprend mieux le prix des objectifs....
Du coup j'ai regardé dans la même gamme que le 24/70, un 70/200.
Va vraiment falloir que je gagne au loto.. et en même temps, je prendrai un sherpa pour me porter tout ce matériel qui se fait de plus en plus lourd.
Comme dirait un ami qui passe régulièrement par là, "Mon quotidien est vraiment extraordinaire...."

mardi 19 octobre 2010

ESSAIS EGLISE


ESSAI PLONGEOIR


Cet endroit, tous les niçois, les gens de la Côte, le connaissent. Maintes fois photographié par moi aussi, mais cette fois, c'est différent.
La lumière était fabuleuse. ça ne dura qu'un instant mais whaouuu!

lundi 18 octobre 2010

ESSAI GARIBALDI


En ce début de semaine, les parutions vont être hétéroclites, sans logique, sans suite.
Une succession d'essais du nouvel appareil, avec de nouveaux traitements.
Pour commencer, ce reflet dans la fontaine de la place Garibaldi à Nice.

dimanche 17 octobre 2010

MENAçANT


J'aime quand les ciels (cieux), ne savent pas quoi dire, pas quoi montrer, qu'ils sont entre deux...
Sans doute une des premières photos que je vous propose (à part celles du Marathon), prise avec mon nouvel appareil.
Une véritable usine à gaz, un truc de pro, une belle affaire. Mais c'est bien difficile de s'y retrouver. Alors j'apprends petit à petit.
Et puis grande première, photo prise au format Raw. Ce qui veut dire que le fichier est une image brut, sans compression JPEG, ce qui permet de récupérer en post traitement, plus de détails, plus de subtilités dans les hautes et basses lumières.
Bon, un peu complexe tout ce travail d'après, c'est pour ça que généralement, on prend les photos en JPEG ce qui permet un traitement automatique.

vendredi 15 octobre 2010

MARATHON.... PHOTOS

Vous ai-je parlé de mon samedi?
Non?
Bon, voilà, je vous raconte. J'ai participé à mon premier Marathon Photos organisé par la Fnac Monaco (mais il en existe dans toute la France). Je vous engage à y participer, l'execrcice est très sympa et ça fait réfléchir.
Arrivée à la Fnac Monaco à 8h45, déjà pas mal de monde. Maxime est là, il distribue des flyers pour son Marathon Photos, celui de Photomenton.
9h, les portes s'ouvrent. Près de 70 équipes de 2 viennent recevoir leurs instructions, leur t-shirt rouge, leur besace et prendre une petit dej offert par l'organisation.
A 10h, on nous lâche le premier sujet :
Monac'haut!
Ca va pas être facile? Doit on partir vers les hélicoptères? ou rejoindre le Mille fiori, l'immeuble le plus haut de la cité? Nous optons pour la seconde option sauf qu'en y arrivant, nous ne sommes ni les premiers, ni les derniers. Nous repartons. On nous a demandé de faire de l'original. Pas ça! On se creuse la tête et puis je fini par trouver une idée un peu tirée par les cheveux : Celle ci




Maxime celle ci :




Midi, on retourne à la Fnac pour charger nos 2 photos et récupérer un panier repas et en même temps le deuxième sujet :
A table. Va falloir doublement se creuser la tête pour éviter de faire du classique, basique, premier degré.
Tandis que nous grignotons, nous brain stormon, et tc'est tout naturellement à l'expression "Se mettre à table", ben oui, avouer, lâcher le morceau. Nous la tenons notre idée, d'autant plus que Maxime a des connaissances sur Monaco....
En 3 coups de cuillère à pot, nous voilà en possession d'une magnifique paire de menottes, authentiques!
Reste plus qu'à trouver l'endroit pour une mise en scène.
C'est à la faveur d'un rayon de lumière divin, tombant pile poil sur une table extérieur d'un restau, que nous ferons notre photo. Un cendrier (en réalité un pied de table bistrot) viendra se joindre au décor pour parfaire la scène. Quelques prises et puis celle-ci. Tout y est (pour nous).





Juste à côté des locaux de poubelle des restaurants environnants, la porte est ouverte. la lumière est belle, le local est à ciel ouvert.
Maxime est grand, il se penche sur les containers, on ne voit que son dos, la tête enfouie dans les ordures et Hop, dans la boite. Voici la deuxième photos de ce thème.




Contents de nous, nous repartons vers la Fnac décharger une fois de plus nos photos. Nous avons de l'avance.
Ca tombe bien, nous récupérons le troisième et dernier thème.
Tout contre

Alors là, ça va pas être facile. On a beau se creuser la tête. Nous errons en scooter dans Monaco à la recherche de notre inspiration.
Cette fois-ci nous séchons. Pourtant, va bien falloir pondre une idée. 2 même!
Et voilà. Plus que tiré par les cheveux!




On n'en n'est pas fière, mais bon...
Ouf, à 16h30, nos 3 thèmes sont bouclés.
Une coupette pour clôturer ce marathon.

Il est temps de rentrer.
Je tombe de fatigue.
Réfléchir, c'est creuvant!

mardi 12 octobre 2010

LES SALINS DE BHAP

J'ai envie aujourd'hui de vous raconter cette petite partie de notre voyage en Inde... Oh, juste 2h peut être, mais qui resteront sans doute gravées à jamais, elles font parties sans doute du plus beau souvenir de cet extraordinaire voyage.


Nous sommes arrivés en milieu d'après midi au Barshingha Hôtel, au milieu de nulle part, sur une route aride. Il n'y a que nous. C'est un palais qui a été restauré façon plus moderne par le propriétaire qui tient ça de ses parents.


On nous fait choisir notre chambre. Elles sont toutes plus belles les unes que les autres. Nous choisissons la plus éloignée, celle qui a une jolie petite cour avec une table de métal tordue et du bougainvillier qui court sur le mur.


Nous aimerions aller nous promener dans les alentours. La personne responsable de l'établissement nous propose un tour en 4x4 avec lui. Il n'y a pas grand chose à voir à proximité, il faut prendre la voiture et puis comme ça, il nous propose la visite d'une école, un lac, traversée d'un village et des salins.

Le prix est raisonnable. Nous acceptons.


Nous voilà partis avec lui et un chauffeur.

La visite de l'école est très agréable, on nous introduit dans les classes. Les enfants sont extrêmement disciplinés , se lèvent quand nous rentrons. Dans chaque classe un élève se désigne pour nous interroger dans un anglais approximatif : prénom, pays, métier.

Il faut simplifier au maximum : je travaille sur des ordinateurs et mon mari sur les bateaux.

Peu de filles, pas de bureaux. Ils sont assis à même le sol, un cartable sur les genoux en guise de support.


Nous les quittons sur la pointe des pieds pour les laisser travailler.

Le Lac ensuite. Pas terrible, sauf que nous le longeons et nous nous retrouvons dans un coin où 2 hommes discutent. Un espèce de Sadou et l'autre qui roule une pâte au sol. De l'Opium visiblement. Je demande à prendre la photo. Ils acceptent mais de suite après, se rétractent. Il est temps de partir, notre accompagnateur sent que ça peut mal tourner. Ils regardent mon appareil et je sens un début d'insécurité... nous nous éclipsons.

Notre accompagnateur est un peu gêné et s'excuse de cette méprise et nous promet un bon moment aux Salins.


Nous reprenons la route, une longue route désertique plantée de poteaux. Nous y croisons des tracteurs, des vélos.. peu de monde quand même. Je regarde le soleil qui commence à descendre. Les lumières sont d'une douceur incroyable.


Nous arrivons sur site. C'est beau ce soleil qui se reflète sur ces marres d'eau salée. On nous salue de lion et notre accompagnateur va parler aux exploitants qui viennent à notre rencontre. Nous pouvons nous promener, prendre des photos.

Hommes et femmes travaillent dur, les pieds nus à même le sel en croûte, qu'à coup de pioche, ils doivent réduire en morceaux.

Les pompes tournent... c'est archaïque mais ça fonctionne.

Nous sommes une curiosité pour ces enfants qui nous regardent et qui petit à petit s'approchent pour se faire prendre en photos.

J'en ai des frissons. Ils sont beaux, ils sont vrais, sans fioriture, juste ce regard profond et déjà si mure!

Nous y passerons bien 1heure et puis, sur un monticule, notre accompagnateur étale une couverture, sort une glacière de sa jeep. Une bière pour les hommes, un coca pour moi. Nous partageons ces derniers moments avec eux tandis que des, des ouvriers quittent l'exploitation, le bus de ramassage les emporte vers chez eux. Le soleil est déjà bien bas.


Sur le moment nous nous sommes dis "quels merveilleux moments".

Avec le recul et en visionnant cette série, je me dis que ce que nous avons partagé ce jour là, fut un moment d'exception que je souhaite à tout voyageur.

Et plus je regarde ces photos et plus je les aime.


J'espère que vous les apprécierez aussi.