mercredi 6 octobre 2010

ARLES : QUAND CE QUE L'ON VOIT EST AUSSI CHOUETTE QUE CE QUI S'EXPOSE






Nous sommes toujours dans ces fameux ateliers où je déambule.
Mon mari est dehors, il m'attend.
Nous passons dans d'autres salles. Et c'est une autre ambiance. Toujours sombre. Plus calme, moins Rock.
L'impression que vous vous lassez une peu de cette série. Me trompe-je?
Tant pis... elle me plaît, et vos en souperez jusqu'à la fin de la semaine.

3 commentaires:

Françoise a dit…

Non, il n'y a pas de lassitude, Barbara. On regarde et on apprécie :-)
Et je me disais, d'ailleurs, en regardant tes photos, que tu avais un sacré talent ! et je suis sincère, vraiment.
Continues, c'est beau ce que tu fais.
Belle journée à toi.
Je t'embrasse très fort.

manouche a dit…

ce jeu de luminosités douces ou crues flatte l'oeil.biz.

É. a dit…

Eh ben dis-donc, si tu vois un bluesman barbu chevelu qui joue au marché ou sur la grande place à Arles, dis-lui bonjour, je le connais.