mardi 25 janvier 2011

UN ANNIVERSAIRE SOUS UN TIPI

Pour les photos, je vous conseille de cliquer pour les voir en plus grand.


Samedi....Nous avons skié toute la journée. Un temps magnifique, mais pour les couleurs, ça ne sera pas pour ce jour. Seul un bout de nez dépassait de ma chapka, mes lunettes, mon écharpe. Le thermomètre annonçait -13,5 en bas des pistes, sur le parking. En bas des bennes, un panneau, lui, annonçait "Couvrez vous, températures très fraîches en haut". Ils n'avaient pas menti malgré le soleil.

D'en haut le panorama est époustouflant. Le Mont Blanc s'offre à nous et toute la chaîne de montagnes....Vraiment sublime. Malheureusement, j'avais monté un compact dont j'ai du mal vérifier la charge de la batterie.. aàmoins que ce soit le froid qui lui ait fait son sort. A plat!

Tant pis, on se contentera des souvenirs. La neige est dure, les plaques de glace se succèdent mais notre groupe de 8, enchaîne les descentes sans fausse note.

Petit arrêt au restau d'altitude. Collés comme des chats derrière les vitres, en plein soleil....Les jambes au contact de la chaleur, vont se couper! C'est avec difficulté que nous allons sortir pour rechausser nos skis. Sophie est à plat... On se regarde tous.. elle est mal barrée, elle ne sait pas la soirée qui l'attend et tant mieux car de le savoir, on est nous 7 encore bien plus fatigués. Mais C'est son anniversaire, la surprise qu'on lui réserve est de taille surtout après une journée de ski et ce froid polaire.

On lui annonce la couleur "A 18h00 tiens toi prête en tenue de ski". On lui fait croire qu'elle va nager sous les glaces, avec une grosse combi, on l'embrouille, on se joue d'elle mais elle est de bonne composition.

A 18h, un petit coup de champagne, on trinque à ses 37 ans, le cadeau et nous voilà tous en tenue de combat, prêts à affronter la nuit.



18h30, Martiale, notre guide, nous ramasse. On embarque tous les 8 dans son minibus. Directions les bois.

On s'arrête à la lisière de la forêt.




Nous chaussons nos raquettes. Pour certains, c'est une première. Il neigeotte. Ce n'était pas prévu. Mon appareil est tropicalisé, tout va bien. Nous enfilons sur nos bonnets, une lampe frontale.

Les hommes prendront des sacs à dos remplis.



Et tel un ballet de canards, nous quittons le parking pour nous enfoncer dans les bois. Sophie rigolle toute seule. L'ivresse de la montagne et puis aussi, je crois qu'elle est soulagée. Nous traversons une piste ou le ratrack est entrain de damer la piste, sous le canon à neige qui crache sa poudre blanche. C'est assez magique, X-File n'est pas loin. je suis toujours à la traîne, forcément, avec mon appareil. Au regard de notre guide sur mon Nikon qui pend à mon cou, j'ai compris que je n'avais pas affaire à un novice. Ca s'avérera exact. Il s'y connaît bien mieux que moi.




Pendant plus de 30 mn nous descendons. La lumière derrière les montagnes, est notre but et nous avançons dans sa direction.


A nos questions "Y a t'il des animaux que nous pourrions croiser?" Il rigole "Vous entendez le boucan que vous faites? Vous croyez qu'un animal pourrez sortir?" Mais on croisera des petites traces d'hermines et de renards en chasse.. C'est intéressant, ll nous explique tout ça. Nous sommes de véritables gamins, ça se pousse, se bouscule, se marche sur les raquettes... et moi, je ferme le convoi exceptionnel dans l'espoir de faire de belles photos, mais c'est impossible. La lumière est quasi nulle, seules nos loupiotes dansent dans le noir. Il faudrait un pied pour obtenir quelque chose de bien, malgré les possibilités de l'appareil à monter en 6400 iso.


Alors que nous chahutons Martiale nous crie "Et voilà le Tipi!".. Une authentique tipi indien se dresse au milieu de nulle part. Nous déchaussons. Il déneige l'entrée et nous ouvre la porte.


L'intérieur est spartiate, un plancher et au centre un foyer, des chaises en bois, démontables, une cantine en métal et c'est tout. Il Fait extrêmement froid mais il nous assure qu'avec le feu nous serons bientôt réchauffés. Il insiste pour que nous n'oubliions pas nos gants dehors. Mon mari les oubliera!



Chacun a une tache. Il y a le barman qui va nous servir soit du blanc de Savoie (excellent), soit un très bon rouge (à ce qu'il paraît), ou du jus de fruit. Un autre se chargera de couper le saucisson aux noisettes pour l'apéro.

Je me charge de couper le pain. Le feu crépite, la température montera vite, mais ne nous permettra pas de trop nous dévêtir. Martiale balance le fromage déjà tout râpé dans une grande et vieille casserole qu'il a attaché au dessus du feu, un peu de blanc la dessus et la fondue sera bientôt prête. Il nous donne ses instructions. Et alors que jusqu'à présent ça jacassait sous la tente, on peut mesurer la réussite de la fondue, au silence qu'elle fait régner sous la toile. La fumée nous pique les yeux, tout le monde pleure un peu, pourtant en arrivant il a bougé les piliers qui servaient a fermer la pointe pour laisser ainsi s'échapper la fumée.. je pense à l'image que doit faire tout ça vue de l'extérieur....

Martiale nous raconte un peu sa vie; Il a pas mal voyagé, nous parle de ses convictions d'écolo, de sa vie près de la nature...Le temps défile, les bouteilles s'enchaînent, mais le froid nous permet une tenue exceptionnelle à l'alcool visiblement.

Notre guide nous réserve encore de bonnes surprises culinaires . Il sort de son sac 9 poires emballées dans du papier alu dans lesquelles il a pris soin auparavant de glisser une barre de chocolat noir pâtissier. La poire ainsi remplie et emballée est jetée dans le feu. Un véritable délice à sa dégustation....

Cerise sur la gâteau, il sort tel un magicien, un paquet de Marshmalow que l'on va enfiler sur nos fourchettes à fondue pour les faire griller quelques secondes au dessus des flammes. Un régal. et puis le café aussi, dans une Thermos. Il avait tout prévu....



Il est près de 23h30 quand on décide de plier le camp.. Façon de parler car tout va rester comme ça. Le feu va s'étouffer de lui même.

Le froid nous saisi en sortant. Nous sentons le feu, l'odeur est tenace et s'est imprégnée dans le moindre recoin; les vêtements, les cheveux, les bonnets, les gants... Mon dieu, les gants de mon mari sont glacés...

Martiale nous prend une photo de groupe. Tout le monde a le sourire même si nous savons que la remontée va être dure.

Il nous tend à chacun un flambeau et c'est à la lueur de nos flammes que nous attaquons la remontée. Moi, toujours à la traîne. La lune est entrain de monter derrière la montagne et apparaît soudain entre les arbres d'un sommet. La photo est nulle. 45 mn plus tard, nous sommes de nouveau au parking, essoufflés, presque en sueur mais heureux de cette expédition.

Sophie se souviendra et nous aussi de cet anniversaire particulier mais si fabuleux!





3 commentaires:

Gine a dit…

Ouah ! Quelle soirée ! Tant pis pour la qualité des photos, tu nous a fait vivre une aventure ... bien au chaud devant l'écran ! Ca a dû être très beau, mais que d'efforts ... J'en frémis et j'aurais bien vu ça dans le désert, par exemple, histoire de moins "souffrir" ... Merci pour ce conte du grand nord !

Fabien a dit…

Original, cet anniversaire.

Françoise a dit…

Très originale comme idée d'anniversaire ! J'espère que Sophie a apprécié. Mais il faut être un peu sportifs, non ?... :-)
Joli récit, Barbara, comme tu sais si bien les écrire: vivant, comme tes photos.
Belle journée à toi.
Je t'embrasse.