vendredi 11 février 2011

DÉLATION : MON VOISIN S'APPELLE LEVY


Pas mon style de faire dans la provoc (sur mon blog), même si dans la vraie vie j'aime bien.
Cette photo a été prise un soir, d'une chambre d'hôtel. J'avais vue sur la sortie de la synagogue. J'observais le ballet des entrées et des sorties, je savais que j'allais pouvoir en sortir au moins une image sans pour autant que l'on puisse reconnaître qui que ce soit.
Doublement sous surveillance, j'ai réalisé plus tard qu'il y avait en plus une caméra.
Que le titre ne vous chaque pas, aucune mauvaise connotation, mais plutôt un clin d'oeil à une phrase culte qui, je trouve, colle bien à notre époque où tout le monde surveille tout le monde, où la jalousie des uns, fait tomber les autres, où les coups bas sont souvent pratiqués....

Sur ce je vous souhaite un bon week end.

3 commentaires:

Gine a dit…

Le titre m'a interpellée, c'est le moins qu'on puisse dire. J'ai imaginé une histoire gentillette de voisinage. Mais c'était mal te connaître ! Ton billet me plaît - surtout à cause de la double caméra. A force d'en poser partout pour nous "protéger", nous pourrions consater que c'est pour nous surveiller ! Le réveil sera dur ... Entre-nous, as-tu regardé au-dessus de toi ? N'y avait-il pas une autre caméra à l'étage supérieur ?
Bonne journée à toi !

Fabien a dit…

Un titre qui interpelle, et un commentaire qui éclaire la photo. Parce que se surveiller n'est pas se comprendre, ni se connaître.

Anonyme a dit…

Le délation à Nice doit être un syndrome estrosien.
AA