mercredi 30 novembre 2011

NICE LUMIERES






Mon envie de voyage m'a mené à ...Nice. Bon, je sais, pas un grand dépaysement, mais il m'a donné l'occasion de sortir mon appareil.
Tous les mardis, durant 2 heures, je suis bloquée à Nice. Autant mettre à profit ce temps pour faire des images (ça m'évitera de claquer trop..... Mais c'est pas gagné avec les fêtes qui approchent!)
La place Massena s'est parée de son éclairage festif. Le même que l'année dernière il me semble.
Que voulez vous, économie, économie, on recycle, on ré-utilise.

lundi 28 novembre 2011

ENVIE DE VOYAGES


Ca me démange, envie de bouger, j'ai la bougeotte!
Mon appareil ne sort plus beaucoup... lui et moi avons envie de partir à la découverte d'autres horizons, il y a tellement de choses à découvrir, alors j'ai fait un tour autour du globe... comme un tour du monde.... et puis je suis retournée à ma cuisine, préparer le dîner pour ce soir...


mercredi 23 novembre 2011

RONDEURS MATERNELLES




Mon amie Jessica, à la fin de sa grossesse, début septembre m'a demandé de lui faire cette série pour garder un souvenir de sa maternité.
Pour moi qui rêve de faire du nu, j'y ai vu la chance de pouvoir approcher le travail du corps et de la lumière.
Je lui ai demandé l'accord de l'afficher, évidement.
Ce que j'ai aimé en travaillant avec elle c'est cette complicité entre nous, pas de pudeur du tout, elle très à l'aise avec son corps et sa nudité et moi, la sachant réceptive, je n'ai pas hésité à jouer avec elle.
Au final elle est ravie de sa série et moi aussi.
Le reste de la séance, ici....

mardi 22 novembre 2011

ECOBUAGE D'AUTOMNE









Mon père a profité des fortes un pluies de la semaine pour le week end d'après, pour brûler et en quelques sortes hiverner le jardin, le préparer. Le faire tout propre.
La fumée est fascinante mais pas facile. Les belles heures étaient avec moi...
J'aime cette série.

vendredi 18 novembre 2011

INDE 9












Pas super bien dormi! Ce fut vraiment très bruyant, et puis les boules quies, je ne supporte pas!
Il est 7h, je me lève enfin, tire les rideaux. Les jets du lac enface de nous marchent, le ciel est clair, le temps s'est enfin levé, et l'on gardera cette météo jusqu'à la fin de notre voyage.
Nous montons déjeuner sur le toit. La vue de jour est sublime, sur le fort rouge et les toits de la ville. Il fait bon, c'est relativement calme. Nous savourons ce moment bien sympa avant t'attaquer une longue route qui doit nous conduire à Jaisalmer, la ville du désert. Nous avons vu la ville rose, Jaipure, la ville bleue, Jodphur et maintenant c'est donc la ville jaune qui nous attend.

Lors de la préparation de ce périple, nous avons hésité avec la femme qui nous a concocté ce voyage, entre Udaïpur et Jaisalmer. J'ai décidé de lui faire confiance en la laissant choisir. Elle se risqua à nous conseiller Jaisalmer, cette ville au milieu du désert. Plus dépaysant selon elle.
Je ne sais pas comment est Udaïpur, il paraît que c'est très beau, mais je sais que je n'ai pas regretté son choix. Sans doute une de nos étapes préférées.
6h de route nous attendent. Mais la route est belle est change au fur et à mesure que nous progressons. Plus aride, plus poussiéreuse.
Nous sommes sur la route qui mène au Pakistan. Par contre elle est très bien entretenue. La raison? Elle est emprunté par les chars et les véhicules militaires qui se rendent à la frontière entre les 2 pays. Nous allons doubler plusieurs convois militaires, camions, camions militaires énormes transportant des chars d'assaut !

A 2 heure de notre destination, petite halte pour déjeuner. Un de ces grands restaurants de route où s'arrêtent par bus entiers des touristes. On en repart vite.
Nous traversons à présent de désert du Thar. Beaucoup d'oiseaux, dans un paysage de plus en plus désertique. Soudain le guide nous crie "Deer, deer"… Notre anglais est moyen et son accent approximatif. Nous avons parfois du mal à nous comprendre. Nous regardons mais ne voyons rien… Il semble déçu…. mais un peu plus loin, il ralenti et s'exclame, "Deer, here" en pointant son doigt dans la direction d'un…daim, une biche, une antilope, je ne sais pas trop, un truc dans le style. Il est content que nous puissions enfin comprendre. On la voit s'éloigner rapidement dans ce paysage sec, jolie et gracieuse bestiole.

Nous arrivons enfin à Jaisalmer vers 14h30. Ville fortifiée au milieu du désert aride.
Le fort se dresse sur un promontoire et ressemble à un château de sable sur une dune. Tout est couleur sable, la ville dorée.
Nous rentrons dans la ville. Notre Haveli est central. Encore un endroit plein de charme. Décidément celle qui nous a organisé ce programme a vu juste! Tout a fait dans nos goûts!
Nous sommes aux pieds du fort. La décoration est soignée. Notre chambre donne sur une petite cours carrée. 3 autres portes, tout semble occupé. De jolies portes aux poignées travaillées. En regardant bien, nous découvrons une tortue qui inlassablement, au rythme qui la caractérise, fait le tour ce cette cours, en prenant bien soin de frôler les bords. Vraiment très chouette endroit. Il y a une terrasse que nous découvrirons demain matin.
Notre chambre ressemble à celle d'un vieux château avec des étoffes lourdes, un lit à baldaquin, de gros fauteuils, c'est chaud et accueillant.

Nous ne trainons pas malgré l'envie, notre guide nous attend. A 40 km de là pour une balade en chameau dans les dunes de sable pour assister au coucher du soleil.
40 km de route qui ressemble plus à de la piste pour arriver dans un espèce de minuscule village, plutôt un rassemblement de maisons. On nous accueille avec un thé comme très souvent. Les chameaux sont là, dociles. On nous conseille de prendre de quoi se couvrir car quand le soleil se couche derrière les dunes, la température chute d'un coup.
Je suis à présent perchée sur ma bosse, j'ai mon appareil en bandoulière et j'essaye de faire des photos du turban devant moi. Il a vraiment de l'allure mon chamelier. Nous allons croiser des oiseaux, des "Deer", des chameaux sauvages qui broutent dans les arbres.. oui oui, ils mangent ce qui est à leur hauteur, alors forcément…
Les dunes en face de nous, ça donne envie de s'y rouler. De petits vendeurs à la sauvette tentent leur chance, mais on nous a bien mis en garde de ne rien leur acheter.
Arrêt enfin au somment d'une grosse dune. Et là le spectacle est grandiose, cette boule rouge qui descend à vitesse grand V. Les rayons semblent filtrés par un voile, mais c'est l'atmosphère chargé de sable qui adoucie la lumière. D'ailleurs, tout au long de notre voyage, les couchers de soleil auront la même beauté.






Effectivement, l'air devient bien plus frais, et l'ambiance change sans que l'on puisse dire pourquoi.
Il est temps de retourner. La lumière décroit très vite. Je suis contente d'avoir pris une petite laine.






Le repas se passe dans une des cours de maison, c'est organisé. Un apéritif et des espèces de chips au formes biscornues, puis on nous sert à manger, sur de longues tables que nous partageons avec d'autres personnes. Nous assisterons à la fin du repas, à des danses folkloriques. Ce sont des Gypsy paraît-il, des nomades sans doute, des itinérants.
Comme toujours la soirée ne se termine pas très tard, mais il fait nuit noir en plein milieu du désert et le ciel, vierge de toute pollution lumineuse, est un plafond constellé de millions d'étoiles.
J'aimerais prendre une bonne grosse couette et me coucher par terre à regarder le ciel.
Dans les personnes qui ont fait la balade avec nous, il y en a plusieurs qui vont dormir sur place, dans des espèces de petites huttes, très sommaires, juste un lit de camps et une table de nuit. Nous aurions su ça….
40 km plus tard, nous voici à notre chambre.. Quelques minutes à rêvasser dans notre petite cours bien agréable (tiens! la tortue n'est plus là!) et c'est extinction des feux sur une belle journée, encore une… et ce n'est pas fini.

Suite Jour 10





mercredi 16 novembre 2011

INDE 8

J'ai passé la nuit à me réveiller, l'hôtel est certes magnifique, mais la gare et ses trains qui klaxonnent (même eux) sont vraiment tout proche du mur d'enceinte. J'ai pourtant l'habitude du train, j'habite à côté, mais là, à l'autre bout du monde, c'est pas pareil.
A 6h15, je fini par me lever. La curiosité de voir le jour se lever est toujours une motivation pour moi, capter les lumières matinales… Je monte sur les remparts, mais c'est brumeux, pas terrible. je retourne me coucher jusqu'à 8h15.
J'ai mal à la tête. J'espère que ça va passer.
Petit déjeuner puis direction Jodhpur, la ville bleue pour la visite du fort de Meranghar.
Jolie balade de 2 heures dans ce fort. L'audio guide est une fois de plus bien pratique. La vue sur les toits bleus est splendide.
Notre guide nous propose de visiter le jaswant thada, cénotaphe de marbre blanc finement ciselé, construit en 1899 à la mémoire du maharadja Jaswant Singh. C'est le lieu de crémation des familles royales. Situé sur une colline, il surplombe la ville. Reposant et impressionnant. C'est un très bel endroit. En plus le temps semble enfin réellement se lever.
Nous retournons manger au même endroit qu'hier, où les Naan sont à tomber.
Visite ensuite du Umaid Bhawan palace et de son musée.















En route pour notre hôtel, en plein centre de Jodphur, nous nous arrêtons dans un magasin pour acheter thé et épices.
C'est un bordel sans nom, ça grouille de monde dans les rues, nous sommes en fin d'après midi et je trépigne de voir ces jolies lumières que j'affectionne tant me passer sous le nez tandis que nous sommes dans ces magasins et que des vendeurs un peu trop insistant veulent nous vendre la moitié de leur échoppe tout en nous faisant gouter des thés délicatement parfumés.
Nos achats faits, nous allons à notre hôtel. Idéalement placé, il est à côté du marché que nous découvrirons plus tard. Notre chambre donne sur un "Lac", enfin, un bassin avec une fontaine, des canards et des cygnes y barbotent joyeusement sous l'oeil que peu intéressé des vaches maigres.
Les odeurs qui remontent de cette eau sont assez insupportables.
Ce n'est pas le plus bel hôtel que nous ayons fait même si la chambre est spacieuse, mais ce qui nous importe depuis le début c'est sa propreté et pour celui ci, sa situation.






Nous partons découvrir le marché. A présent il fait nuit. Il faut passer une grande porte, nous nous repérons à la tour et son horloge. Il ne faudrait pas se perdre. Nous avons pris l'habitude de toujours partir avec une carte de l'hôtel, au cas où nous serions perdus!
Ce Marché est fantastique, les odeurs nous sautent au nez, de nourriture, d'épices et puis d'Inde. Des couleurs, du bruit, de la vie. Ca mijote dans des casseroles fumantes, les vaches se risquent à chaparder des légumes sur les étales, mais sont vite rappelées à l'ordre par les vendeurs. Je n'en fini plus de prendre des photos tant c'est beau et vivant! Après quelques achats, nous retournons à notre chambre pour une douche bien méritée. C'est fou comme après une journée passée ici, on peut se sentir crasseux, poussiéreux. Et à mon avis, ce n'est pas qu'une idée!
Nous mangerons à l'hôtel, car le restau est sur le toit, avec une jolie vue sur le fort éclairé. Par contre nous ne voyons pas ce que nous mangeons, il fait trop noir. C'est peut être mieux ainsi car c'est franchement pas terrible. Nous engageons la conversation avec des suisses à côté de nous. C'est tellement pas terrible qu'en plein mieux du repas il me faut abandonner mon mari.. J'ai des crampes d'estomacs horribles. Je me console : c'est bien un moindre mal avec un repas si pas bon!
ce soir je m'endormirai avec les boules quies. C'est vraiment très bruyant.

Suite Jour 9