vendredi 13 janvier 2012

LES PUCES 2









Je reviens aux puces.
Il s'agit en fait des puces de Hyères.
Samedi dernier, j'ai accompagné mon mari pour un rendez-vous matinal sur la Presque Ile de Giens, dans le Var. 2h de voiture.
Partis à 7h30, il me fallait être motivée pour renoncer à la grasse mat sacrée!
Mais je n'ai pas regretté. Le reveil et les couleurs de lever du jour avec la Corse en fond ont eu raison de ma fatigue.
Arrivés sur place, je suis partie flâner mon appareil en bandoulière autour des marais, voir les flamands roses, les canards et c'est au hasard de cette balade que je suis tombée sur les puces qui se tiennent tous les samedis au même endroit. Il faisait un temps magnifique et la fraîcheur de la matinée a été vite oubliée.
A vrai dire, les objets déballés n'étaient pas mon principal intérêt. Non, ce que je cherchais, c'était les scènes.
A l'affut, je me suis faite repérer (un peu draguer) par un monsieur qui a voulu que je le prenne en photo. Une grande gueule, et une gueule tout simplement. Il m'a raconté sa vie et j'ai eu toutes les peines du monde à m'échapper.
Vers 11h30, des odeurs de merguez et autre viandes grillées ont commencées à me chatouiller les narines. J'aurais bien mangé sur ce marché....
Quelques photos. Mais j'ai été assez timide.
Une forte communauté musulmane sur ce marché, et en Inde j'ai rencontré beaucoup de refus de leur côté pour tout ce qui est des photos. Il faut respecter les choix de chacun.

2 commentaires:

Gine a dit…

Oui, moi aussi, je n'aime pas photographier les gens à leur insu. C'est vrai que je me sens, comme toi, assez timide - ce qui n'est pourtant pas dans ma nature. Mais tu t'en es bien sortie, et le noir blanc est superbe !

barbara a dit…

Merci Gine. je suis pas vraiment du style à ne pas oser prendre les gens à leur insu... j'essaye d'être très discrète, mais il y a des moments où tu sens qu'il faut respecter, alors, je respecte
Oui, pour le noir et blanc je pense comme toi, que ça leur va bien... (moi qui connais les couleurs).