vendredi 13 juin 2014

A cause d'un hérisson

L'histoire s'est imposée à moi, toute seule, insidieusement … Elle a fait son cheminement dans ma tête à mesure que la soirée avançait et, c'est un petit hérisson qui donna le coup de grâce.

Tout a débuté un beau soir de presque pleine lune. En ce 12 juin, la journée azuréenne avait été encore une fois, une habitude depuis quelques jours, caniculaire. A moins que ce soit le fait que cette forte chaleur arrive sans crier gare.
Toujours est-il qu'au bout de cette journée, venait se greffer, une soirée non moins chaude, ou à peine plus tiède. De 30 le thermomètre venait flirter sans vergogne avec les 27 à 21h.
Une femme que nous ne dirons pas jeune mais plutôt dans la force de l'âge (si il y a un âge fort) fut dans l'obligation de se rendre d'un point B à un point M. Une ado de 17 ans, elle, avec toute la force de son âge, partageait le transport. 
Partage est bien le mot car elle partageât durant ces 40 minutes de trajet, ses mots, ses rires et ses sourires, une cool attitude savamment travaillée. Elle partageât aussi son roulage de clope, sa fumée et sa musique. Le choix de la musique dans l'habitacle est tout un art qui se maîtrise ou pas. La maîtrise assurera un voyage serein, la non maîtrise et c'est Hitler et sa dictature qui s'invitent aux réjouissances! On ne met pas n'importe quelle musique dans CETTE voiture, le choix doit convenir au moins à deux personnes (d'ailleurs, à seulement 2 personnes et toujours les mêmes, en l'occurrence, aux deux protagonistes de cette histoire, copilote ou pilote, selon les jours). Elle peut être cool, mais pas baba, rock mais pas hard, originale, mais pas dissonante. Et si l'accord se fait, c'est JackPot pour le DiscJockey, en mode "boucle" de la durée du trajet, de quelques minutes à 1 h voire plus. Une façon originale de se familiariser avec un morceau et d'en manger tout le reste du jour.. voir de la nuit! Jusqu'à l'overdose. 
Ce soir là, la DJ avait été bonne, faut dire qu'elle avait déjà lancé les préliminaires de la maison 2 jours plus tôt. C'est donc dans la joie et la bonne humeur que ce convoi exceptionnel s'arrêta au mac do pour y arracher 2 best off mange à la hâte, un peu au volant, un peu sur un parking de lycée. La conclusion fut évidement la même que d'habitude, "c'est dégueulasse, j'ai envie de vomir, j'ai trop mangé!"… A  croire que l'on n'apprend pas de nos bêtises. 

Il est 21h passé quand la voiture repart du parking, après avoir déposé la DJ fumeuse, peste souriante pour sa dernière nuit à l'internat.
La femme dans la force de l'âge donc, que nous nommerons B pour garder un peu d'anonymat n'hésita pas longtemps entre moyenne et grande corniche. A cette heure, c'est la grande avec sa vue époustouflante qui reste favoris.
En plus, ce soir, fait exceptionnel (exception relative puisqu'uniquement 1 fois par mois), la lune est pleine, en fait, presque mais pas tout à fait…., ronde et belle…. Un léger voile lui couvre le bas, mais c'est fin, discret et charmant, presque charnel. La route vers l'ouest se fait donc à vitesse modérée car il est impossible sur cette route un peu sinueuse, de conduire prudemment et d'observer ver cette boule brillante qui attire comme un aimant le regard.
Les scénario se font divers et l'obsession récurrente est  "Mais Putain, pourquoi j'ai pas pris mon appareil". Et oui, le verbe de cette dame là est parfois un peu charretier quand la frustration est à son paroxysme (et dans d'autres cas aussi exceptionnels, mais moins qu'une pleine lune tous les mois). La progression se fait donc. Une espèce de liberté s'insinue dans sa tête, cette fureur de vivre. Anne Clark et "Our Darkness", réminiscence de son adolescence lui font appuyer un peu plus fort sur l'accélérateur. Une moto la suit, à la même vitesse. Peut être que lui aussi regarde la vue et Roquebrune, puis Monaco qui se déroule sous leurs yeux… l'heure bleue n'est pas loin, la musique se déverse en flots enivrants d'une playliste tout en douceur et en aléatoire. De Morcheeba, à Radiohead en passant par Sébastien Schuller ou The Cinematic Orchestra, l'allure se fait plus douce. Nous ne sommes pas loin du Nirvana… Sans Curt Cobain. Le passage du col d'Ezee est un enchantement avec sa vue plongeante sur l'éperon rocheux auquel est accroché le petit village d'Eze qui, à cette heure entre chien et loup, a allumé ses loupiotes et c'est beau, très beau. Le cœur de la conductrice se serre. Comment tant de beauté ? Sans doute toute cette harmonie entre tout se qui se passe à l'instant T, dans sa tête et sous ses yeux. C'est pas croyable d'être aussi sensible à tout ça. Les sens, tous au complet en éveil et à l'affut du moindre petit détail qui fera vibrer encore plus fort. Elle hésite à descendre pour admirer cette vue sur le grand pont aux formes si graciles… mais non, c'est tout droit que la route se trace, presque automatiquement. Elle ne le sait pas, mais c'est la voiture qui, à présent, en mode automatique, la conduit. Atteint le plateau de la justice, la route redescend et plonge vers la baie de Beaulieu avec le Cap Ferrat, la rade et l'aéroport sapin de Noël au bout où des destins se croisent entre avions qui atterrissent et qui décollent. Le cœur ne se serre pas, il s'emballe. Et ce sont presque les larmes qui montent lui brouiller la vue.

Elle se pose la question "mais les gens normaux, sont ils sensibles et émus devant ces mêmes choses où est-ce propre à moi?"
Mais bien sure, la voiture est passée par là parce qu'elle voulait la faire passer ici! Le plateau st Michel.Certains diront "Là où tout à commencé, et c'est pas faux, mais ceci st une autre très longue histoire que peu comprendront".

Le clignotant à gauche raisonne, son cliquetis rythme la mesure, le cœur de l'automobiliste. 21h30 peut être et c'est l'apothéose . La voiture stop devant la barrière, sur le parking. Un endroits d'amoureux, de touristes, de fumeurs de joins ou de sportifs. Un homme est au téléphone et il fait les cent pas. Il est avec une femme à l'autre bout du fil.. Il essaye de la rassurer. Il faut toujours rassurer les femmes. Au moment ou elle coupe le contact, Liam Frost entonne "Killing Moon".. Non mais, serait-ce une conspiration. Que la vie est surprenante. Elle se cale, enlève la ceinture pour mieux respirer et écoute la voix un peu écorchée "Under blue moon I saw you So soon you'll take me Up in your arms…Elle relève la vitre, descend pour embrasser la vue, l'état de grâce, c'est maintenant. La lune n'est pas très grosse mais son reflet sur la mer est merveilleux, une poudre d'or d'une finesse incroyable sur une mer lisse satinée. C'est une œuvre d'art, une palette de peintre. Les lumières du Cap Ferrat sont toutes incandescentes et habillent la langue de terre qui avance et sépare les 2 baies. La rade est elle aussi majestueuse, comme à son habitude. Pourtant ce soir c'est la lune qui capte son attention et les lumières hypnotique de Saint Jean. Les larmes débordent. Se retrouver comme une con devant tout ça.. et pleurer. Peut mieux faire. La vie du moment défile dans sa tête et ce sont de mini bombes émotionnelles qui explosent ça et là aux 4 coins du cerveau et du cœur. La connexion entre les deux est directe et sans intermédiaire. Le noir gagne doucement sur le bleu, l'heure bleu se transforme en heure marine puis en heure bleu sombre. Pourtant la clarté est incroyable. Les lampadaires qui éclairent le parking y sont pour quelque chose. Ils éclairent en premier lieux le premier plan, la végétation qui borde la vue. A la manière d'un flash en laissant le second plan bien net. C'est beau, beau et beau. Pas d'autre mot. Partir à l'autre bout du monde et s'apercevoir que l'essentiel est sous nos yeux…. Cohelo n'est pas loin….C'est ici que ça se passe. Il est 10h passé quand elle décide de quitter l'endroit. En fait, plusieurs scénarios se bousculent dans sa petite tête créative toujours en éveil comme descendre un peu plus bas dans les fourrés, mais la raison la ramène à plus de vigilance car le coin n'est pas forcément le plus sûr la nuit. Elle disparaitrait et personne ne s'en apercevrait de suite. Mais celui qui la taraude le plus, est celui de descendre récupérer son appareil et le trépied. Pourtant l'idée est évincée rapidement. Il aurait fallu réagir plus tôt. Il fait à présent nuit noire et le plus beau est derrière elle où devant elle, dans moins de 24h. Il faudra donc revenir pour assister de nouveau  à ce spectacle et l'immortaliser. Car finalement, la pleine lune c'est demain. Elle retourne vers sa voiture, y monte à regret. Un air léger et frais s'est levé, il fait 24 degrés à présent, la chaleur s'est faite douceur. Elle garde les jambes en dehors de la voiture, la portière ouverte, adossée à son siège pour profiter, un dernier regard, elle respire. Elle pivote entièrement et claque la porte. Une moto vient de se garer sur le parking. Un homme en descend, pose son casque sur la selle et s'approche du garde fou. Elle imagine que son cœur a lui aussi est submergé. Il ne peut pas en être autrement. Il va s'assoir sur un des bancs et sort un petit bloc blanc et su stylo. Ah, un romantique ! Elle souri. Qu'écrit-il? Une lettre à sa belle? Son testament? Une lettre de rupture? Ses mémoires? Son journal intime? L'endroit est propice à tout ça et à bien plus encore. Elle démarre doucement le moteur et l'homme tourne le regard vers le bruit. Elle enclenche la marche arrière et fait le tour du parking. Son oeil est soudain attiré par une petite masse qui sort d'un buisson. Elle dicerne mal dans un premier temps de quoi il s'agit et son premier réflexe est d'y voir un petit rat gris. Mais ce rat semble avoir été amputé de sa queue. Il se dandine drôlement pour un rat. Son corps est plus rond. Ca ne peut pas en être un. Elle  sa'pproche et il presse le pas comme il peut. Elle sent le sourire lui fendre le visage et ses yeux piquer. Il s'agit en réalité d'un petit hérisson. Elle  stope la voiture et en descend à moitié, observe de loin. L'homme doit se demander ce qu'elle fait, laissons le penser. La bestiole longe le trottoir et se dirige vers la route. Pourvu qu'une voiture ne vienne pas. Elle le suis doucement, le plaçant dans le faisceau de ses phares. Il s'approche du trottoir d'en face et à bien du mal à s'y hisser. Ce doit être un bébé. Elle est  attendrie devant ce spectacle sans doute un peu niais de ces petites pattes arrières qui ne touchent plus terre alors que les deux de devant agrippent de toute leur force le mur que représente cette marche. Et l'association se fait : hérisson - puces - Chat. Son chat l'attend à la maison. Il est temps de rentrer. Le hérisson retourne à sa vie dans la nature, l'homme à ses écrit et cette femme si sensible ce soir à sa maison. Ce petit hérisson, et sa fugace apparition a fait basculer sa soirée, lui a asséné le coup de grâce émotionnel. On lui avait demandé "Raconte moi une histoire pour dormir"; elle tenait son histoire, une histoire simple mais vraie d'une lune extraordinaire sur une mer magnifique et d'un hérisson qui avait changé en un instant ses priorités.


1 commentaire:

yves a dit…

6 mois sans nouvelles; ça fait plaisir de te retrouver. Tu démarre très fort avec cette belle histoire, je peux aller me coucher.
byby