lundi 6 juillet 2009

Je vous dois une explication

et même si je ne vous la dois pas, j'ai bien envie de vous la donner. Alors voilà l'histoire de cette photo de défi!
Je vais un peu vous raconter ma vie pour que vous puissiez situer le machin. La mer, les bateaux, c'est un peu notre quotidien. L'homme travaille dans ce domaine et la petite ville où nous habitons, est une station balnéaire. Alors, il est vrai que même si nous ne sommes pas encore en congés, de vivre ici est un peu comme si nous l'étions déjà avec la Méditerranée à nos pieds et le soleil en prime.
Samedi abandonnée lâchement pour 10 jours par ma file et mon mari, il a bien fallu que je trouve de quoi m'occuper pour ne pas me morfondre (presque!). J'ai eu l'opportunité d'aller à Cannes en bateau, sur une plage branchée. L'ami qui devait s'y rendre ayant des arrangements avec le groupe qui la gère.
Me voilà donc embarquée à toutes vitesse sur un grand semi-rigide et débarquée sur cette plage Cannoise!
Dès mon arrivée, le ton était donné : musique techno à fond, serveurs aux dents ultra-bright, habillés de blanc,, des matelas haut de gamme et des parasols gris tout neufs!
J'ai été accueillie une première fois par une jolie jeune femme "Que puis-je faire pour vous?" "3 matelas s'il vous plaît" "Ah, mais avez vous réservé?" ...ben non! je savais pas que j'allais venir, par dis, ai-je pensé en lui souriant d'un air penaud.... "Ah! Bon, je vais vois si je peux faire quelque chose". Et là, elle me laisse tomber.. j'attends avec les 3 gamines qui m'accompagnaient. Un grand costaud, le cheveux hypra court s'avance, le sourire ravageur, la main en avant "Bonjour madame, je susi Olivier, que puis-je faire pour vous être agréable?" et je me répète "3 matelas s'il vous plaït" Même question, même remarque "Mais vous n'avez pas réservé?" Ben non! Et là il sort sa carte, comme un lapin d'un chapeau..; "tenez,ceci est ma carte la prochaine fois, surtout pour le Week end, il vaut mieux appeler la veille..; on commence à être connus! Bon, je vais voir ce que je peux faire". Il s'absente 5 mn et revient triomphant "Alors voilà ce que je peux vous proposer : ou là bas du côté festif, mais c'est à côté des naturistes ou j'ai ce "Bed" si ça vous convient" Le bed sera parfait! Les filles près des naturistes, ça le fait moyen, en plus, ce ne sont pas les miennes! Costaud semble satisfait de mon choix. "A quel non s'il vous plaît?" "D... P....." "Euh, vous écrivez ça comment?" Je suis avec S, c'est lui qui s'occupera des transfers............". Une pointe de déception dans le regard de Costaud.;.. "Ok, je vois, dans ce cas je vous offre le "Bed"!" Merci beaucoup! Je ne sais pas quel est le tarif du "Bed", même cet après-midi, il ne lui aura rien rapporté! Il ajoute "Je vous fais porter des oreillers et des serviettes; Voulez vous un parasol?" Un peu gênée, je l'assure que nos n'avons pas besoin des serviettes, nous avons les nôtres, en revanche le parasol, je veux bien! Je l'attends encore, il n'arrivera jamais! J'ai pas râlé, c'était gratuit!
J'ai posé mes affaires et suis partie enfiler mon maillot dans un vestiare, qu'on aurait dit des loges d'artrtistes! J'ai croisé une dame : mélange entre Armande Altai et Madame Irma. Une grande robe large, un grand bandeau dans les cheveux, style turban, et des lunettes qu'à part au cirque, j'en n'avais jamais vu des aussi grandes. Si je vous dis qu'elles lui mangeaint la moitié du viasage, ce n'est pas une image, c'est réel! Seules dépassées ses lèvres exagérément charnues. Quelque chose de mystique.. et de ridicule vu son âge en plus!
Je suis retournée m'installer sur mon King Size. Le spectacle a commencé. Ca m'a rappelé un sujet de Claudio sur les spectacles de rues; Marie et moi avions commenté pareil : ce plaisir de s'atabler à une terrasse et de regarder vivre les gens. Sauf que dans mon cas, nous n'étions plus dans la rue, nous étions sur une plage, mais on se serait cru à la TV!
La grande caricature!
De mon côté beaucoup entre 30 et 45 ans, hommes et femmes; De belles femmes, bien entretenues, maquillage impeccable, manucure, pédicure.; rien ne dépassant. Le regard un peu hautain quand même. Quelques enfants assez tranquilles.
Mais du côté festif comme il disent, alors là, je ne pensais pas que ça existait vraiment.. je croyais que l'on voyait ça que dans les clips des rappeurs américains, clips de Eminem .... non, ça se passe en vrai, ici à 30 bornes de chez moi! Pire, il parait que c'est pareil à St Tropez et depuis longtemps! Là, la moyenne d'âge tombe à 20 ans, en voyant large avec celles de 17 ans et sérrés avec ceux de 25! Eux, tous pareil, le cheveux court, le short-boxer, lunettes de soleil de marque, le bassin monté sur roulettes, le verre de rosé, la coupe de champagne à la main. Elles, le maillot style brésilien, la fesses rebondie qui en sort est presque parfaite.... les jambes qui les supportent, pain d'épice, à n'en plus finir. Leur bassin ondule au rythme de la musique, dans des mouvements très suggestifs, elles aussi le verre à la bouche, lorsqu'elles ne sont pas alanguies dans des poses étudiée sur leur "beds" qu'elles partagent avec les copines, les copains. Elles portent des talons (pratique dans le sable, sur une plage), mais ça fait la différence entre elles et moi qui suis venue avec ma paire de tongues! Je les imagine tous flamber les sous de papa!
De gros sceaux argentés emplis de glace rafraîchissent des magnum de Champagne ou de rosé... quelques cris soudains, la musique qui monte et c'est un arrosage de tout ce petit monde, au champagne! Et plouf, tous dans la piscine!
Mazet! Ca existe vraiment!
Je suis restée bien sagement sur ma serviette à mater ce cirque en plein air.... ma préoccupation était de capter l'ombre, mais pas la mienne puisqu'ils ne semblaient pas près à m'apporter le parasol qu'ils m'avaient eux même proposé!
J'ai pas voulu faire ma radine et j'ai commandé 3 glaces et une farandole de fruits. Une des glaces et la farandole sont arrivées au bout d'une demie-heure, les deux autres ont été recommandé 3 fois "Excusez nous, erreur informatique" "Excusez nous, problème en cuisine", "Excusez nous, c'est un peu le feu, c'est notre premier vrai WE"..; bon, soyons patients! Ma farandole n'a fait qu'un déjeuner de soleil avec les filles qui se sont jetées dessus.... Poliment elles me demandaient "Tu veux le dernier ananas"... Et moi, stoïque, malgré ma gourmandise "Non non, vas-y".... Les glaces sont arrivées un quart d'heure avant noter départ!
Le ciel s'est assombri, les clowns se sont peu à peu r'habillés, les matelas se sont vidés, il était déjà 18h... Ah, une lumière comme je les aime.. vous savez ce ciel très gris et cette luminosité si particulière d'un jour d'orage.. une série sympa (a mon goût) et puis les plagistes qui rangent pour la soirée, avant la plue, la musique qui baisse les watts, qui devient plus sympa... les enfants qui pleurent de mon côté, qui se coincent dans un transat. La mère, le verre à la main, hésite trop longtemps entre poser son verre et aider sa petite... c'est finalement une autre femme qui libérera la gamine en larme, le dos tout griffé! Vous me direz, ca ne lui a pas servi de leçon : une demi-heure plus tard, elle y retournera pour s'y coincer encore... Ah, mais ce n'était pas le même transat.. c'est donc cela..; à 5 ans, tous les transats ne se ressemblent pas.
19H30, nous quittons enfin cette plage vidée de son animation... les petites étaient heureuses mais déçues de rentrer en voiture.... on s'habite vite aux bonnes choses!
Ah oui, tout ça pour répondre à Sarah je crois qui parlait d'un bon livre à lire à l'ombre d'un de ces beaux parasols....
Non madame, ici, on ne lit pas, on parade, on mate, on compare, on potin, on danse, on boit, on patauge dans une eau qui arrive mi-cuisse, mais on ne lit pas, on ne se repose même pas! Trop de bruit, trop de mouvements, trop de monde, trop de salamalecs des serveurs un peu trop prévenants pour être vrais... Eventuellement.... Gala, Voici et toute la presse people.. en tous les cas c'est ce que j'ai vu en flânant et en lorgnant sur les petite tables "de chevets".... J'avais pourtant amené avec moi "La sorcière de Portobello" de Coelho.... je n'ai pas avancé d'une page!
Voilà l'histoire de cette photo.....

9 commentaires:

Marie a dit…

Fin de journée ! J'avais bon ! Quelle histoire ! Ma journée a été moins mouvementée que la tienne !

Claudio a dit…

Joli récit. Très sympa à lire ; j'imagine qu'à écrire c'est encore meilleur. Quelques vrais rires. Belle description. Merci pour nous, on y était dans ton histoire.

barbara a dit…

Merci à vous deux, je l'ai écrite d'une traite hier soir, de mon lit.... je me marais effectivement en l'écrivant, surtout que c'est du récit fidèle de cette drôle de journée. Pourtant, ayant travaillée dans le luxe, à Monaco (Mercedes), je pensais être rodée! Ben non!
Mais ce qui est encore plus drôle, c'est le contraste avec la journée du lendemain : j'en ai parlé chez LP; Je suis partie avec mon sac à dos, mon appareil en bandoulière et je suis montée à pied vor passer le Tour de France aux 4 chemins (pour Claudio)... Là, l'ambiance était toute différente, vous imaginez bien!
@ Marie : tu es insomniaque???? Lorsque je vosi à quelle heure tu passes chez moi!

LP a dit…

Je n'en rajoute pas à ce qu'écrit Claudio, avis partagé, bravo pour la narration.
Pour le reste, cela me rappelle Cannes, j'y allais lorsque ma fille était petite et toujours au même endroit près du Lido (le sable, la mer qui descend doucement, le marchand de glace dans sa "baraque"). Juillet était paisible et puis arrivait août. Pourtant c’était une plage publique mais là, d’un coup, une invasion de parisien avec sans doute résidence d’été cannoise et la totale du blig bling, rollex (« Il » n’a rien inventé !) et sac Vuitton…
Mais quelque part je les plains ces « pauvres riches » que connaissent-ils de la vraie vie ?
Bises, Barbara, bon mardi.

barbara a dit…

Allez pour le faire de la pub, c'est la plage du Palme Beach.
Je ne crache pas sur les "riches", les gens qui ont gagné de l'argent rien que par leur travail. J'en connais, et je les respecte. Ce qui me dérange plus, c'est lorsque je vois cette génération tout juste sortie du bac qui parade ainsi et affiche de façon ostentatoire leurs richesse.. qui n'ai même pas la leur et dont, à mon avis, ils n'ont pas la valeur!

Godnat a dit…

Incursion dans un monde inconnu, extra-terrestre pour moi, très bon récit, très amusant à lire. Bonne journée.

Didier a dit…

Impressionnant décalage, du coup, entre l'histoire et la photo, qui devient comme une réponse, un paravent à tout ce bordel ultra bright.
Ca chauffait à tous les sens du terme.
Et merci de nous narrer tout cela, nous y étions, du coup, c'est pas utile qu'on se le cogne :-)

Vu par Doume a dit…

Belle annecdote, bien racontée... Dans les 70/80's nous allions annuellement à St Trop, Ramatuelle, Grimaud, Cogolin; Cannes, St Raphaël etc... mais faut dire que depuis c'est devenu rare... mais c'est juste, déjà là, l'ambiance "argent" existait, mais je n'ai pas eu d'avis sur ce sujet, des fois on comptait les sous pour les extras... mais ce que tu relates n'y ressemble plus, je crois que l'exagération est de mise maintenant, nous en avons eu quelques échantillons les dernières années à Hyères, La Crau Cassis aussi...etc...ce ne sera plus notre tasse de thé je pense, maintenant, on ne sait jamais ce que notre "courte retraite" nous reservera !
;-D
à propos c'est quoi le défi ???

Sar@h a dit…

Tout ce que je déteste. Quand Ex a suivi la fin des travaux de la Goélette à Antibes, je suis descendue le rejoindre avec Aîné en train.
Nous avons vite compris que la plage du port ce serait très tôt le matin ou tard le soir. Sinon, nous lui remplissions une cuvette sur le pont de la Goélette pour qu'il joue.
Ce qui me choquait, c'étaient nos voisins de ponton, les réceptions, les fleurs pour un soir … Des fleurs sur un bateau ? Jamais vu ! Les gars qui astiquaient les cuivres à longueur de journée.

A notre bord il y avait un gars qui avait évolué dans ce monde, fils d'un célèbre pilote d'avion. C'était amusant car il connaissait les us & coutumes, il oscillait entre ces deux mondes … Mais je crois qu'il préférait notre ambiance famille.

Par contre nous sommes allés plusieurs fois à Antigua et l'ambiance était différente, alors qu'il y avait visiblement des gens plus riches. Après que l'équipage eut repéré qui étaient sur les bateaux alentours, l'équipage & les propriétaires nous saluaient quand nous passions en annexe. Ce n'étaient pas des français mais des Anglais ou des Américains, c'est là toute la nuance !