dimanche 29 novembre 2009

INDE 2

Il est presque 3h du matin lorsque l'on se décide enfin à aller se coucher.
Le réveil est programmé à 8h30.
Nous sommes dans notre lit à Baldaquin....
Une fraction de seconde, perdus, où sommes nous?
Ah oui, en Inde, Chéri nous sommes en Inde, tu imagines, ce rêve devenu réalité.
La douche nous ramènera à à la réalité. Elle est froide! Dur dur... On nous avait prévenu, même dans les supers hôtels ce sont des choses qui arrivent, les coupures d'eau, d'eau chaude et d'électricité! Elle finira pourtant par chauffer.

C'est vétue d'un pantalon Thaï orange et d'un t-shirt kaki que nous rejoignons le toit terrasse pour un petit déjeuner.
Toujours ce même brouillard qui atténue les couleurs. Certainement la pollution. Des oiseaux rodent autour de l'hôtel. Des corbeaux sans doute. On en retrouvera tout au long de notre parcours, mêlés aux pigeons avec qui ils partagent l'espace aérien indien.
Thé Indien, un thé plein d'épices (Massala), qui se sert traditionnellement avec du lait, mais pour moi, ce sera avec du citron, la Lime, petit citron vert si parfumé et un peu de sucre. Il faut que je m'y habitude. ce n'est pas mon Russian Earl Grey avec mon miel et mon citron, mais ce nouveau goût sera vite adopté. De petites crêpes au chocolat l'accompagnent.
10h, Gian nous attend en bas.
Route vers Agra. Presque 300 km à se faire. Vous me direz, Facile! Et ben non, en Inde, les KM ce n'est pas le plus facile, c'est même tout le contraire, le plus dangereux, le plus long. Vous comprendrez pourquoi.
Agra, pour ceux qui ne savent pas, c'est tout simplement la ville du Taj Mahal! Vous l'avez sûrement vu de partout, le monument le plus visité de l'Inde (C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'Empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse).
Notre premier vrai contact donc avec les routes indiennes se fait maintenant! Hier, c'était du pipi de chat, car voyez-vous, les indiens conduisent que très peu la nuit. HEUREUSEMENT! Alors que nous démarrons, notre chauffeur récite à voix basse une petite prière en touchant sa petite divinité lumineuse posée sur le tableau de bord. On sourit au début mais au 15eme jour on le remerciera de nous avoir conduit sains et saufs jusqu'à l'aéroport....

Effarant cette façon qu'ils ont de conduire. Sans klaxon, ils sont morts! Du petit matin, à tard dans la soirée, les villes ne sont que concerts de Klaxon, oreilles sensibles s'abstenir. Infernal! D'ailleurs, derrière chaque camion, chaque Tuk Tuk, est inscrit "Horn Please", "Klaxonnez SVP"... ils obéissent à la lettre!



La température est idéale, 27_28, à vu de nez. D'ailleurs de tout le voyage nous ne saurons jamais la température réelle, aucun thermomètre.

J'ouvre ma fenêtre pour mieux profiter, et photographier.
Il plane une odeur particulière. Hier soir, c'était le souffre, aujourd'hui, indéfinissable mais notre nez connaît déjà cette odeur douce amer ni bonne ni puante, une odeur que l'on retrouve lorsque l'on voyage en Asie (pour nous Bali et la Thaïlande). Riz, friture, caniveaux, fruits.. tout mélangé. Je sais dit comme ça, ça peut donner la nausée, mais à vivre, on s'y habitue. Mieux que le bruit, plus nuisant encore que l'odeur.

Le spectacle de la route est drôle. Il n'est pas rare de voir 3 voir 4 ou 5 personnes sur un 2 roues. Pourtant, en Inde, ils ne sont pas si petits que ça, certaines femmes même plantureuses! Monsieur conduit, parfois avec le casque. Entre ses jambes, il a le fils et madame, en amazone, derrière tient sur ses genoux, le plus petit. C'est l'Asie!



L'autoroute n'a rien en commun avec notre autoroute. On y roule à 90 et c'est tout! Ouf!
On y croise régulièrement tracteurs... en double sens s'il vous plaît, ânes, vaches, sans compter les gens qui traversent en slalomant!
On en prend plein les yeux! Les femmes qui longent la route dans leur sari de couleur vive égayent le paysage terre de sienne. Des taches colorées qui dansent dans la poussière désertique du Rajasthan, tout ça est magique. On ne sait plus où donner du regard!
J'ai envie de millions de photos, capter toutes ces couleurs, tous ces sourires. Le bonheur!
Nous nous arrêtons dans un motel pour le lunch. Repas végétarien. En fait, c'est ce qui prédominera tout au long de ce voyage au pays des épices. Très peu de viande. Vous pensez bien, le boeuf est interdit pour cause de vache sacré, sacrilège! Et le porc, en accord avec les nombreux musulmans est proscrit. Ce premier vrai repas est savoureux, à base de dès de fromage (paneer), dans du yaourt, de la tomate... un régal! Et leur Naan, rien que de l'écrire, j'en ai l'eau à la bouche. Des galettes, souples, comme des crêpes, plus épaisses et creuses. Il y a les Plain naan, qui sont simples, les Butter naan, avec du beurre fondu dessus (à manger sur la tête d'un pouilleux), les Garlic naan à l'ail, et les cheese naan, au fromage. Ces naan accompagnent tous leurs plats en sauce. Chez moi, ils ont remplacé très souvent le riz et ce sont les butter naan qui ont eu ma préférence quotidiennement! Le jus de pomme excellent, l'eau et le Diet Coca pour les liquides.
Nous reprenons la route.

La visite du Taj Mahal est prévue ce soir par l'arrière. Nous n'y pénétrerons pas, la vraie visite sera pour demain matin, tôt!
Mais nous ne sommes pas encore arrivés, la route est longue entre 50 et 80 km/h, mais le spectacle extra! Sur la route , nous nous arrêtons dans un temple, tout blanc. il faut enlever nos chaussures. Pas pratique avec les baskets, mais je n'ai que ça, d'ailleurs, je veux absolument m'acheter des tongues. On comprend pas tout de ce temple, tout est inscrit en sanscrit, mais on visite, intérieur, extérieur. Un petit garçon nous suit tout le temps et lorsqu'on le regarde il détourne le regard. On ne sait pas ce qu'il veut de nous et on ne le saura pas, au final, peut être rien.....



On repart en voiture.

Mille fois j'aurais voulu arrêter la voiture pour prendre des photos alors comme je ne pouvais pas, je les ai prises dans ma tête.
Des barbiers tout le long de la route, lorsque l'on traversait des petites villes. Barbiers, enfin, je vous explique : une chaise haute, un miroir, voir, un bout de miroir posé contre un arbre, un mur, une grille..... voilà un Barbier/coiffeur. Drôle à voir.

Ici, le jour décline vite, tôt. Déjà, vers 15h30, la lumière s'adoucit et prend ses teintes chaudes. Il faut faire vite car ce sont les meilleurs heures pour le Taj Mahal (avec celle de l'aube).

En chemin, second arrêt pour la visite d'une mosquée. En arrivant sur le parking, j'ai presque sauté de la voiture en marche. le chauffeur a eu peur. Des écureuils couraient partout... me suis précipitée pour les photographier. Mais au fil du voyage ce charmant petit animal, pas si farouche que ça là bas réapparut régulièrement, de façon incongru pour notre plus grande joie.



La mosquée en elle même bien que jolie ne représentait pas un grand intérêt, mais dans ses jardins évoluaient avec grâce une foule d'antilopes, de biches et de paons.

Arrivée à Agra, cette ville sale et bruyante klaxons incessants et terribles. Mais j'aime cette ambiance "Busy", ces odeurs, cette foule, ces couleurs..... de toutes façons, l'Inde où l'on aime, ou l'on déteste. On nous l'avait bien dit, et je commence à comprendre pourquoi!

Nous traversons un siècle en un village sur cette portion qui nous mène au Taj... C'est noir, sale, à la limite insalubre; des images d'un livre de photos N&B sur l'Inde, me reviennent, ces photos de femmes des camps de réfugiés, sale, le cheveux bataille. Ces photos ont 60 ans, mais elles pourraient être d'hier! Et je remercie mentalement la personne qui me l'a offert.
C'est presque la campagne, la boue, des bidons villes, des gosses qui courent partout, avec le sourire, toujours.
Nous arrivons sur les berges du Yamûna, fleuve qui nous sépare du merveilleux Taj Mahal de marbre blanc.
Ici, c'est gratuit. On court presque sur le chemin de terre pour arriver à temps et assister au coucher du soleil.

C'est drôle, ces couchers de soleil, et on en a fait quelques-uns, sont presque un rituel. Un peu comme si on assistait au coucher d'une grande divinité ou d'un roi. On ne se lasse pas de regarder ce marbre changer de couleur au fur et à mesure de la descente de l'astre solaire. Des enfants et des femmes apparaissent à ce moment, portant des fagots sur la tête. Comme habitués, ils s'arrêtent là, au milieu des touristes, pris en photo et repartent se fondre dans les bois.
Le soleil est rouge, il fini par disparaître. La température a sensiblement baissée.






La foule que l'on aperçoit de loin, massée le long du Taj comme une armée de fourmis tournée vers le soleil se dissipe peu à peu et nous regagnons notre véhicule où nous attend patiemment Gian. De toutes façons, il trouve toujours d'autres chauffeurs pour papoter.

Nous traversons un pont qui, paraît-il est à sens unique. Pourquoi sommes nous si nombreux à l'emprunter, dans les deux sens?... logique indienne! Rick Shaw, Tuk Tuk, vaches, bus, vélo, motos, voitures, piétons, tous se croisent dans ce concert de kaxons qui nous est maintenant familier.



Notre hôtel est correcte, même si à notre arrivée de petites blattes nous attendent sur le lavabo; je prendrai sur moi. J'ai bien fait, ce sera les seules et uniques sur nos 15 jours!
Nous avons une petite heure libre. Une bonne douche s'impose! On se sent crasseux, de la poussière partout, je ne vous parle pas de l'intérieur de notre nez.. beurk!
Et puis Gian nous conduit dans une rue très commerçante, de petites "boutiques" les unes contre les autres c'est là qu'assure-t-il, nous trouverons mes tongues. Effectivement, nous marchandons (pratique obligatoire) une belle paire colorée en cuir à 200 roupies (3 € à peu près). Puis direction le restaurant. Nous y découvrons le Thali. Idéal pour découvrir l'essentiel de la cuisine Rajasthanie. Un grand plat avec de petits raviers, disposés en rond et dans le sens voulu, de l'entrée au dessert. En vrac, des Dale (Lentilles en sauce/soupe), un curry, des légumes, du riz et des Gulab Jamun en dessert : du lait caillé amalgamé avec de la farine, du sucre et cuit dans un sirop de sucre. Sérvi tiède et dans ce sirop sucré. Miam!
Le restaurant semblait très touristique mais en fait on y a super bien mangé, pas cher du tout moins de 5€ par personne, un peu de musique traditionnelle... Bref, une belle soirée.
A 10H30 nous rentrions nous coucher tandis que dehors, les klaxons continuaient leur infernal concert.

Suite Jour 3


7 commentaires:

yves a dit…

Tu racontes vraiment très bien, j'ai l'impression d'y être. Vivement demain pour la suite avec toujours de belles photos .

Anne-Ma a dit…

Oui ! Un bien beau récit, passionnant !

Claire a dit…

J'imagine bien le concert de klaxons et les odeurs ... et je me demande si les naan là-bas sont meilleurs que ceux qu'on nous sert dans les restaurants indiens ici ... sans doute ... alors ça doit faire oublier toutes les blattes ;-))) Merci pour le partage.

Ugo a dit…

Merci pour le voyage ! Très dépaysant, sauf une chose : la voix française en off dans les vidéos... Infernal...
:)

Claudio a dit…

Génial ! Tu n'hésites pas à raconter comme tu le sens et c'est bien. C'est frais.
J'adore :
- Les prières ça devrait rassurer et là ça inquiète.
- Les vidéos qui illustrent parfaitement ce que tu dis. C'est vrai qu'on n'imagines pas ce boucan à ce point-là.
Quel courage de voyager !

Sophie a dit…

Super Barbara, tu as tout mis, les bruits, les commentaires "infernal, infernal!!", la nourriture, les odeurs, les couleurs, on s'y croirait.
Bises

noelle a dit…

"On ne se lasse pas de regarder"

On ne se lasse pas de te lire!

J'adore, merci